Rattrapages du samedi 24 avril 2021

Le temps des premières fois 

Joe Biden continue de marquer l’histoire américaine d’une pierre blanche en reconnaissant, pour la première fois aux États-Unis, le génocide arménien. Pour ne pas contrarier la Turquie, alliée au sein de l’OTAN, aucun président américain n’avait reconnu officiellement ce génocide jusqu’à hier. Mais selon la presse américaine, Joe Biden s’était entretenu et avait prévenu Recep Tayyip Erdogan de son geste, afin de déclarer hier, sans tension ni surprise, « Renouvelons notre résolution commune d’empêcher que de futures atrocités ne se produisent partout dans le monde. Et poursuivons la guérison et la réconciliation pour tous les peuples du monde. Le peuple américain honore tous ces Arméniens qui ont péri dans le génocide qui a commencé il y a cent six ans aujourd’hui. ». 

 

La répression continue 

Hier se tenait, à Jakarta, une réunion de crise entre les dirigeants de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean) où étaient notamment présents le chef de la junte birmane Min Aung Hlaing et le président indonésien Joko Widodo. Alors que la répression en Birmanie bat son plein, Joko Widodo a appelé la junte à restaurer la démocratie, à cesser les violences contre les civils et à libérer les prisonniers politiques. Si la présence du général birman a envenimé les foules manifestantes, la réunion a tout de même abouti à un plan en cinq points qui prévoit notamment l’ouverture de la Birmanie à de l’aide humanitaire et un dialogue renouvelé grâce à des émissaires de l’Asean qui se placeraient en parties prenantes. 

 

Guerre de l’oxygène 

Impossible de passer au travers d’un point Covid. En Inde, si le nombre de cas de Covid-19 flambe, le pays connaît une pénurie majeure d’oxygène, obligeant les hôpitaux à refuser les malades. Mais alors que les médecins et les directions d’hôpital tentent de tirer la sonnette d’alarme en interpellant le gouvernement, ce sont tout de même vingt patients qui sont morts en une nuit dans un hôpital de New Delhi par manque d’oxygène. Cette crise de l’oxygène démontre une impréparation et une non-anticipation de l’Inde face à la seconde vague virulente de Covid-19. Impréparation qui se traduit notamment par un défaut de répartition et de quotas d’oxygène entre les États Indiens. Face à la situation, le chef du gouvernement de Delhi, Arvind Kejriwal, a même fini par supplier le Premier ministre : « Je vous demande, les mains jointes, d’ordonner à tous les chefs de gouvernement d’assurer la circulation fluide des camions-citernes d’oxygène qui arrivent à Delhi ».

 

Le Rassemblement National rassemble

À un peu plus d’un an des présidentielles 2022, Marine Le Pen semble fédérer toujours autant autour de son mouvement. Le Rassemblement National bénéficie en effet d’une loyauté partisane sans grande concurrence, ce qui lui assure quasiment à 100% de se trouver au second tour des élections à venir. Pour illustrer avec des chiffres, si seulement un électeur sur trois ayant voté pour Jean-Luc Mélanchon en 2017 renouvellerait son vote pour le candidat de la France Insoumise, c’est 80% des électeurs votant pour le Rassemblement National qui voteraient à nouveau Marine Le Pen. La candidate ne se repose tout de même pas sur ses lauriers, et continue sans cesse de fidéliser ses soutiens dans la sphère politique.

 

Hashtag du jour 

#April24. C’est le hashtag qui a été vu plus de 119 millions de fois sur le réseau social TikTok. La raison est simple : il annonçait une journée nationale du viol aux États-Unis. « Trend » qui a été lancée par trois personnes masquées appelant à commettre des agressions envers les femmes ce samedi 24 avril. Si la vidéo a été supprimée par la plateforme de vidéos, elle a tout de même suscité de vives critiques, autant sur TikTok que sur Facebook et Twitter. L’application chinoise a rassuré sa communauté en expliquant : « la sécurité de notre communauté est notre priorité, et nous ne tolérons aucun contenu qui promeut ou glorifie des actes sexuels non consensuels, y compris le viol et l’agression sexuelle. ». Il n’y a pas à dire… nos TikTokeurs ont du talent.

 

Camille Hurcy 

 

Crédits Photo : Mario Tama / AFP 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *