Musique et Communication : Vald

Musique et Communication : Vald

Bénissons l’année 2012, année véritablement sacrée où VALD est entré dans nos vies. Si aujourd’hui il est considéré comme un élément important de la sphère médiatique du rap français, il a fallu passer par un plan de communication de folie.

 

Débuts

NQNTMQMQMB, soit Ni Queue Ni Tête Mais Qui Met Bien Quand Même, est la première mixtape de VALD. Les flows et les instrus sont présents, pas de doute, mais rien ne sort du lot. Idem avec Cours de rattrapage, sa deuxième mixtape qui s’inscrit dans la même lignée que le premier. Forcément, ses sons ne passent pas inaperçus et tapent dans l’œil de Tunisiano, qui le signe dans sa maison de disque.

C’est à ce moment là qu’on observe un changement fondamental dans le rap de VALD : le parisien devient peu à peu celui qu’on connaît : un artiste totalement déjanté posant sur des instrus de plus en plus travaillées tout en étant de plus en plus polémiste. Le rappeur parisien fait parler de lui et en profite pour balancer son deuxième album NQNT 2 qui le révèle cette fois-ci aux yeux du grand public. C’est à ce moment là que la machine de communication se met en marche.

 

Percée

NQNT 2, c’est l’album qui fait la diff’. Urbanisme, Bonjour, Selfie. Trois sons, trois personnalités, trois cartons. Urbanisme plait pour les paroles, Bonjour se révèle grâce à la punchline principale (ndlr : Il a pas dit Bonjour, du coup il s’est fait niqué sa mère ») et Selfie casse l’Internet avec trois clips réalisés pour la même chanson. 3 clips oui, mais pas n’importe lesquels : un « romantique », un autre érotique, et le dernier pornographique.

 

 

Imaginez le bordel que Selfie a fait. Alors en 2015, la nouvelle génération pousse, mais le vieux monde du rap est toujours en place : voix viriles, instrus remplies de basses, clips où le rappeur est mis en avant, enfin vous connaissez les bails. Vald arrive alors tranquillement avec sa voix en carton, son flow lent et son instru pop-enfantine avec des paroles trashs. Le grand public amateur de rap ouvre alors grand les yeux et pense doucement « c’est quoi ça encore ? ». Normal, après tout.

 

Agartha

Agartha, dernier album de Vald sorti en 2016, c’est le chef-d’œuvre communicationnel de VALD. Une « absence » d’une année et demie et tout d’un coup : Eurotrap est dévoilé. 1 an auparavant, MHD perce dans le rap game avec Afro Trap partie 3. L’esprit génial de Vald conçoit alors Eurotrap, un son qui reprend les codes de l’Afrotrap en y ajoutant sa touche perso pour en faire de « la trap de Viking ».

 

 

Et c’est peut être sur le clip que Vald frappe le plus grand des coups. En plus de sa dégaine inégalable, le rappeur apparaît face-caméra avec un fond vert. Coup de maître : cela permet aux intéressés de mettre le fond qu’ils souhaitent. Les reprises sont nombreuses, le buzz est total. Pour couronner le tout, VALD se met en scène face caméra en reprenant les gimmicks d’un Jean-Michel Youtubeur qui découvre Eurotrap. Sourire garanti. Exactement deux mois plus tard, Vald sort un nouveau son : Megadose, véritable hymne à la critique de la société de consommation. Le clip est écœurant, et il fait encore une fois beaucoup parler. Le coup de communication est encore plus réussi avec une vidéo mise en scène où Vald se prend pour un membre de Killiluminati en train d’analyser son clip « sataniste ».

 

A la sortie de l’album Agartha, la critique est bonne et Vald fait parler de lui d’une manière plus classique grâce à son titre « Ma meilleure amie » qui est diffusé sur les ondes. C’est désormais clair : Vald fait partie du paysage du rap français. Mais contrairement à des rappeurs plus discrets, Vald a l’étiquette du gars qui peut sortir n’importe quoi n’importe quand, comme le prouve la mise en ligne surprise de cinq clips de l’album Agartha. Mais dans ce plan parfaitement travaillé, il fallait bien qu’il y ait un hic…

 

1er bad buzz ?

Le 23 septembre 2017, VALD est invité par Thierry Ardisson sur le plateau de « Salut les Terriens ». L’interview d’Ardisson vire très vite au malaise. Face aux questions hors-sujet ou dérangeantes, Vald répond à côté avec le 55ème degré qui le caractérise. La sauce ne prend pas, et l’interview atteint les sommets de la gêne. Thierry Ardisson finit son interrogatoire par un « Vous enviez votre frère qui est musulman ? », au summum du « What the Fuck ». Vald répond à la négative, mais Ardisson donne tout ce qu’il a : « Mais il est musulman…… ». Et le premier bad buzz pointe le bout de son nez : « Il…. l’était, mais il est revenu ». Ardisson coupe l’interview ici et balance une musique à consonnance arabe. Les réactions sur les réseaux sociaux sont mauvaises et pointe du doigt Vald qui est vite assimilé à un jeune intolérant, ou au pire à un islamophobe. Quelques jours plus tard, le rappeur se justifie face caméra en critiquant vivement la télévision et en particulier Thierry Ardisson. Heureusement pour lui, la presse spécialisée est plus critique envers Ardisson que Vald. Le vrai bad-buzz est évité, et Vald continue sur sa bonne lancée communicationnelle.

 

Plus rien ne l’arrête. Dans une interview donnée à Booska-P, Vald révèle qu’un album est en préparation et sa sortie est programmée fin-2017 ou début 2018. Son ambition est sans limite, et il le dit lui-même : « On veut être dans la cours avec les autres, faire de gros tubes […]. Moi aussi je vais faire cent millions de vues sur YouTube, tu vas voir. J’arrive ! ». On peut être sûr qu’on aura droit à de la grande comm’ de la part de Vald. Mouillez vous la nuque, on est prévenus.

 

 

Partager