Masters de Monte-Carlo : un tournoi rempli de surprises

La saison de terre battue a commencé la semaine dernière à Monaco. Rafael Nadal était de retour dans son jardin, Djokovic était en mission et les jeunes avaient de grandes ambitions. Retour sur une semaine de tennis haute en couleur.

 

Semaine difficile pour les cadors

À Monte-Carlo, Rafael Nadal est comme chez lui. Ultra dominateur sur l’ocre et 11 fois vainqueur du tournoi, l’Espagnol était le grand favori de l’édition 2021. Après un début de tournoi comme à ses habitudes, victoire 6/1 6/2 contre Delbonis au premier tour puis 6/1 6/1 face à Dimitrov au tour suivant, le taureau de Manacor avait parfaitement lancé sa semaine… Au troisième tour, c’était une toute autre histoire. Opposé à Andrey Rublev, Nadal n’a pas vu le jour lors du premier set (6/2 pour le Russe). Mal embarqué dans la deuxième manche mais toujours fidèle à sa réputation, Rafa n’a pas lâché et a réussi à recoller à un set partout. Imperturbable et toujours aussi agressif dans son jeu, Rublev s’est finalement imposé 6/2 4/6 6/2, et remporte un des matchs les plus importants de sa jeune carrière.

 

Crédits : Corinne Dubreuil

 

Le numéro un mondial Novak Djokovic était en mission, s’imposer à Monte-Carlo lui aurait permis de prendre une avance considérable sur Medvedev au classement ATP. Lui aussi avait parfaitement lancé son tournoi, en s’imposant face au jeune Jannik Sinner 6/4 6/2. Au deuxième tour, le Serbe était inexistant sur le court, chose assez rare. Opposé à Dan Evans, le Djoker a été balayé 6/4 7/5, et a avoué en conférence de presse « avoir fait un des pires matchs de sa carrière ».

 

Crédits : Reuters

 

Djokovic éliminé au troisième tour, Nadal grand absent des demi-finales, la porte était donc grande ouverte à la jeune génération.

 

La Next Gen au premier plan

On le voit depuis plusieurs mois, hors Grand Chelem, la nouvelle génération complique de plus en plus la tâche des cadors. Rublev (23 ans) qui élimine Nadal, et Tsitsipas (22 ans) impérial tout au long de la semaine, la finale de ce Masters était écrite. Revenons sur la semaine des deux finalistes.

Nos deux protagonistes ont eu une entrée en lice plutôt facile. Victoire 6/3 6/4 pour Tsitsipas contre Karastev et Rublev, confronté à Caruso s’est facilement imposé 6/3 6/2. Même histoire au deuxième tour pour le Grec avec une victoire 6/3 6/4 contre Garín. Du côté du Russe c’était un gros client qui l’attendait. Opposé à Roberto Bautista, le numéro 7 mondial a dû s’employer pour se défaire de l’Espagnol en 3 sets 7/6 5/7 6/3. Il rejoint donc Nadal en quart de finale… et vous connaissez l’exploit du jeune Rublev.

Nous sommes donc en quart de finale, et Tsitsipas affronte Alejandro Davidovich. Très diminué physiquement, l’Espagnol n’a pas pu terminer le match et a abandonné après avoir perdu le premier set 7/5. Tsitsipas est donc en demi-finale sans avoir réellement eu à forcer son talent. Dans le dernier carré, le Grec retrouvait Dan Evans, tombeur de Novak Djokovic mais inexistant lors de ce match laissant alors filer le numéro 5 mondial en finale. Même match pour Rublev qui l’a facilement remporté 6/3 7/5 pour rallier la finale.

À ce stade du tournoi, Tsitsipas n’a pas encore perdu un seul set tandis que Rublev, lui, a dû batailler davantage. Le côté physique a sûrement joué un rôle important puisque le Grec a d’entrée étouffé le Russe et s’impose 6/3 6/3 pour glaner le tout premier Masters 1000 de sa jeune carrière.

 

Crédits : Getty Images

 

Intraitable du début à la fin de ce tournoi, Stéfanos Tsitsipas a bien mérité ce premier Masters. En ce début de saison sur terre battue, de nombreuses questions peuvent se poser. Nadal sera-t-il aussi dominateur qu’à son habitude ? Djokovic aura-t-il les armes pour aller s’imposer à Roland-Garros ? Ou alors serait-ce le moment de la Next Gen pour renverser la hiérarchie du tennis mondial ? Trois questions pour le moment sans réponse mais que les tournois de Barcelone, Belgrade, Madrid, Rome et Roland-Garros sauront nous apporter. Et qui sait, peut-être nous réservent-ils belles surprises que seul le sport peut nous offrir.

 

Raphaël Douenne

 

Crédits photo : Getty Images

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *