L’instant Mytho #1

Dessin : Justine Dehaese

L’Instant Mytho, c’est ton rendez-vous bimensuel avec la mythologie gréco-romaine, mais pas de panique ! Ici, pas de longs textes tirés des livres antiques un peu poussiéreux mais une simplification de ce dédale d’histoires qui composent la mythologie antique. Si tu es fan de Game of Thrones, tu seras ravi d’y retrouver tes thèmes favoris : le sang, les intrigues au cœur des royaumes, le viol, la magie, l’inceste, les créatures imaginaires et bien d’autres… Et tu pourras toujours frimer à table, devant tes proches, qui ne pourront pas t’accuser de n’avoir aucune culture générale ! Alors, prêt à être médusé?

Il faut savoir que pour les grecs, au début du monde, il n’y avait que le chaos… Ouais, un peu comme ta chambre étudiante maintenant que ta mère n’est plus là pour te dire de ranger. Mais là, on parle plus du dieu Chaos.

Chaos donne naissance à cinq enfants (oui, tout seul, comme un grand, alors que toi tu galères à monter un meuble Ikéa): Éros, le dieu du désir, Tartare ou les terribles Enfers grecs (rien à voir avec un fromage ou de la viande crue), Erebos, les ténèbres des Enfers, Nyx, les ténèbres de la Terre et Gaïa, la Terre-Mère. C’est cette dernière qui va nous intéresser.

Gaïa a elle même trois enfants : les Montagnes, les Océans et Ouranos, le ciel. Elle s’unit à son fils Ouranos (ouais mec, tu m’as bien compris, et en plus, on en est qu’au début) qui lui donne des enfants un peu moches, les Cyclopes, des monstres à cent mains et cinquante visages appelés Hécatonchires (du grec ancien “hekatón” qui signifie “cent”, c’est logique) ainsi que douze Titans, six filles et six garçons. Les Cyclopes sont caractérisés par leur œil unique trônant au centre de leur front ; ils font partis des créatures mythologiques les plus célèbres… ce qui n’est pas forcément le cas de leurs frères Hécatonchires. Pourtant, bien que tout droit sorties du film « Human Centipede » (non, je n’ai pas envie de parler de ce film), ces créatures joueront un rôle crucial dans la future histoire des dieux grecs… Mais je vous vois venir : «Ils sont où, là, tes dieux grecs?»; patience cher lecteur, j’y viens.

Bref, Ouranos, le papa de tout ce beau monde, n’était pas vraiment dans le top des pères de l’année; en effet, il trouva les Cyclopes et les Hécatonchires, ses propres enfants quand même, tellement laids qu’il les précipita au fin fond du Tartare. Gaïa n’était pas franchement ravie de voir ses enfants se consumer dans les flammes de l’Enfer, elle décida donc de faire ce que toute mère ferait dans ce cas-là: demander à son plus jeune fils, le Titan Cronos, de castrer son père Ouranos à l’aide d’une faux avant de prendre sa place comme seigneur de l’Univers. Un peu excessif? Je vous rappelle qu’il y a la place de Seigneur de l’Univers en jeu, je ne me souviens pas avoir un jour vu sur Parcoursup ce genre d’orientation. Enfin, Cronos, lui, n’a pas hésité. Il a donc coupé les testicules de son père Ouranos avant de prendre sa place comme incontestable maître du monde. Ouranos, qui devait sûrement avoir les boules (sans mauvais jeu de mots), s’éleva sous le coup de la douleur bien au dessus de la terre-mère. Avant de se murer dans un silence éternel, il lança une ultime malédiction sur son traître de fils:

«-Cronos ! Toi aussi quand tu auras à ton tour un enfant, il te trahira comme tu m’as trahi, et il te volera ton trône !».

Cronos, qui était un petit malin, se dit que pour éviter la malédiction de papounet, il suffisait de ne jamais avoir d’enfants! Mais quand on est éternel, le célibat peut peser lourd et Cronos jalousait ses frères et sœurs Titans, tous en couples (si tu es le seul célibataire de tes potes, tu sais ce que c’est) et il finit par aller sur le Tinder des Titans. Il y rencontra Rhéa, sa sœur, (bah oui, ils sont tous frères et sœurs, forcément on devait en arriver là!) et finit par l’épouser. Les capotes et les pilules étant assez peu en vogue à cette époque, ce qui devait arriver, arriva. Mais Cronos était tellement fou de joie à l’idée de devenir père qu’il en oublia totalement la malédiction. L’enfant qui naquit ne ressemblait pas à un Titan, ni à un Cyclope, ni à rien de connu. C’était un être plus beau, plus parfait, meilleur en tout… Une petite fille magnifique qu’ils appelèrent Hestia, la première déesse grecque à avoir vu le jour. Cronos, face à ce nouvel être rempli de puissance, repensa à la prophétie de son défunt père Ouranos. Qu’allait donc bien pouvoir faire le roi des Titans face à cette probable menace?

Vous le saurez en lisant le prochain article de l’Instant Mytho !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *