L’exposition universelle de Dubaï: Les JO de l’architecture

L’exposition universelle de Dubaï: Les JO de l’architecture

C’est dans la célèbre ville de Dubaï que cette année se déroulait la 154e session du Bureau International des Expositions. Et c’est sous le thème de “Connectez les esprits, construire le future”, que les 192 pays participants ont dû chacun montrer leur talent en architecture. Les pavillons (bâtiments de chaque pays) ont été divisés en trois sous-thèmes : durabilité, mobilité et opportunité.

L’histoire de l’exposition universelle

C’est pour montrer la continuité de la révolution industrielle que l’exposition universelle s’est vu naître. Et quel pays mieux placé que l’Angleterre pour être le premier hébergeur de cet événement en 1851. En effet, le pays marquera le coup en accueillant plus de 40 pays étrangers (pour la plupart des colonies) et les 6 millions d’entrées de visiteurs. Un événement qui parlera tellement de lui que tous les 4 à 5 ans un pays hébergeur se verra recevoir le reste du monde pour montrer l’innovation technique et scientifique. On pourra noter que l’exposition universelle de Paris en 1900 n’aura été que bénéfique pour la France, car elle nous gratifie de notre belle-dame de fer ! Mais il ne faut pas oublier que lors de l’édition de 1889, un zoo humain avait vu le jour… Composé d’Africains, de Kanaks et d’Annamites positionnés sur le champ-de-mars. On obligeait ainsi ces personnes à vivre dénudées.

Les remises de prix de la 154e édition

Quoi de mieux qu’un concours d’architecture pour montrer quel pays est le meilleur en innovation ? Ça rappelle quelque chose comme les Jeux olympiques non ? Où l’on envoie nos champions se battre pour récupérer des médailles et ainsi montrer au Monde entier la force que nous possédons. C’est pour cela que même à l’exposition universelle, on attribue des prix d’or, d’argent et de bronze aux pavillons. C’est avec honneur que cette année, le pavillon Oman a reçu le prix d’or et la Guinée le prix d’argent.

Une cérémonie de clôture des plus majestueuses

C’est avec à l’affiche Christina Aguielera, le violoncelliste chinois Yo-yo-Ma, la compositrice Norah Jones et le DJ Tiesto, que l’édition s’est fermée après 6 mois d’exposition. Un concert conclut par un spectaculaire feu d’artifice digne de la grandeur de Dubaï. En effet, la ville a voulu terminer en beauté cette aventure, dites réussie. De plus, malgré le report de l’exposition dû au Covid-19, cela n’a pas empêché Dubaï de voir les choses en grand. Période où celle-ci est en plein essor car elle dite comme étant la « ville du futur ». C’est donc sous un soleil couchant à 30 degrés que cette édition se termine à Dubaï. C’est entre vision du futur et modernité in-contourné que le bureau des expositions donne rendez-vous à la population mondiale en 2025 à Osaka pour de nouvelles architectures dépassant la réalité.

 

Partager

Léa Varoquier

Étudiante en première année d’études japonaises. Je suis curieuse de nature et toujours à l’affût d’une nouvelle actualité !