JO 2022: Chine et Conflits Politiques

JO 2022: Chine et Conflits Politiques

Pays hôte des Jeux Olympiques d’été en 2008. Pékin accueillera cette année ceux d’hiver du 4 au 15 février 2022. Une décision contestée du fait des nombreuses accusations dont la Chine et surtout le Parti Communiste Chinois sont la cible.

Multiples Revendications

Alors que la 24ème édition des JO d’hiver débutera le 4 février prochain, la tenue de ces jeux fait face à diverses contestations

La Chine est accusée de violation des droits de l’Homme en particulier au Tibet, à Hong-Kong et dans la province du Xinjiang où elle est accusée de persécution voire de génocide sur les populations Ouïghours, un peuple à majorité musulmane. Raison pour laquelle, lors de la cérémonie pour allumer la flamme olympique, plusieurs manifestants ont brandi un drapeau tibétain et une banderole “No Genocide Games”. La cérémonie se déroulant à huis clos, ils ont été rapidement repoussés par les autorités et n’ont eu que très peu d’impact. 

Depuis l’incorporation du Tibet  à la République Populaire de Chine de Mao Zedong en 1951, la Chine est accusée de forte répression sur les populations locales notamment les moines bouddhistes. Une oppression qui mène à de violentes manifestations en 2008, cinq mois seulement avant les JO d’été. Ces soulèvements sont menés par des moines qui s’opposent à la domination chinoise sur le territoire de Lhassa.  

De manière similaire, Hong-Kong, province indépendante, souffre elle aussi de forte tension avec le Parti Communiste Chinois qui tente d’y asseoir sa souveraineté en usant de la censure, entre autres, sur la presse et en éliminant toute forme d’opposition. Le gouvernement considère Hong-Kong comme une partie intégrante de l’Empire du Milieu qu’il se doit d’intégrer, et ce, malgré des valeurs culturelles très différentes entre ces deux territoires. La province de Hong-Kong perd donc peu à peu toute autorité sur sa région.

Néanmoins, c’est surtout dans la province du Xinjiang que la Chine fait parler d’elle. Elle est accusée d’y mener, depuis 2016 (officiellement), une politique d’assimilation auprès de la communauté Ouïghours. Les populations sont persécutées, enfermées dans des camps ou envoyées en prison, et ce, en raison de leurs ethnies et croyances religieuses. Des actes barbares y sont effectués : torture, stérilisation forcée… On parle également de “rééducation religieuse” en détruisant les lieux de cultes et imposant un mode de vie contraire à leurs valeurs, leur régime alimentaire notamment. 

Le sujet est brûlant sur la scène internationale et rompt encore plus les liens entre Chine et États-Unis, pays défenseur des droits de l’Homme. En sachant que la même politique d’invasion et de domination est également menée progressivement à Taiwan pour annexer l’île au domaine continental. 

Etats-Unis vs Chine : le Boycott ?

Le géant occidental ne cesse de se dresser face à la Chine. En 2008, déjà, il était intolérable pour les diplomates américains que la Chine organise les Jeux Olympiques puisqu’ elle portait, selon eux, atteinte aux droits de l’Homme dans ses propres provinces. L’image des Jeux en serait par conséquent entachée. À l’époque, c’est surtout la problématique tibétaine qui divise, province en proie à de multiples émeutes. 

En octobre dernier, nombreux sont les politiciens américains qui militent pour une annulation ou un retrait des Jeux d’Hiver 2022 à Pékin. Contestation plus virulente que la dernière dans la mesure où s’ajoute aux troubles au Tibet, la persécution sur les Ouïghours et les conflits récents avec Taïwan. 

La Chine est, depuis quelques années, perçue comme une puissance qui menace les libertés de ses citoyens. Plus récemment, c’est l’affaire Peng Shuai qui enflamme les médias, la tenniswoman internationale disparaît de la circulation après qu’elle ait accusé un haut placé chinois d’agressions sexuelles. Malgré sa réapparition, quelques jours plus tard lors d’un tournoi de tennis,  la France et d’autres nations occidentales restent suspicieuses quant à la condition de celle-ci concernant sa liberté de déplacement et d’expression. 

Le 18 Novembre, Biden a donc évoqué la possibilité d’un boycott diplomatique qui se limiterait aux hommes politiques américains pour éviter de pénaliser les sportifs de haut-niveau dont les JO constituent un objectif de carrière primordial.  

Emilien Jacquelin, double champion du monde de biathlon, a personnellement réagi sur les réseaux sociaux avec le #WhereisPengShuai. 

Des Jeux Politiques

Le gouvernement chinois a réagi peu après l’annonce d’un potentiel boycott des diplomates américains. Il s’insurge contre une telle politisation des Jeux et du manque de preuves dans ces accusations. À l’origine des Jeux Olympiques, le Baron Coubertin, connu comme le rénovateur des JO modernes à la fin du XIXème, a stipulé dans la Charte Olympique que ces événements sportifs devaient rester loin de toute question politique. Raison pour laquelle le Comité International Olympique n’intervient pas dans le conflit sino-américain. 

Les Jeux sont avant tout considérés comme un rassemblement des meilleurs sportifs de la planète et l’opportunité pour eux de se confronter et de prouver leurs capacités. 

Néanmoins, on gardera en tête les Jeux de 1936 de Berlin sous le gouvernement nazi, qui prennent alors une dimension politique. Mais également, les Jeux de Munich de 1972, les plus symboliques de l’histoire olympique marqués par une prise d’otage d’athlètes israéliens par des membres de l’organisation palestinienne terroriste Septembre Noir. Le conflit Israélo-Palestinien avait fini par gangrener la compétition sportive censée être apolitique

Ainsi, entre 2008 et 2022, la situation semble toujours similaire voire aggravée quant à la liberté des populations chinoises. Les Etats-Unis, fervents défenseurs des droits humains, souhaitent mettre un terme à ces politiques alors que le pouvoir de la Chine semble prendre une ampleur phénoménale à l’échelle internationale. À deux mois des JO, la présence de diplomates américains et d’autres nations occidentales à Pékin est donc plus qu’incertaine

Crédits : Fabrice Coffrini /AFP

Partager

Anna Bachelier

Anna Bachelier. Étudiante en L1 lettres Babel, férue de sport et passionnée de journalisme, je rêve de devenir l’un d’eux. Contact : anna.bachelier@orange.fr Insta : @annaa.bchr