En terre écossaise, les Bleus n’y arrivent plus !

En terre écossaise, les Bleus n’y arrivent plus !

Agressivité, vitesse, envie… ces adjectifs résument le rugby quasi-parfait pratiqué par les Bleus lors des 3 premiers matchs du tournoi, il aura manqué tout ça pour battre les Écossais. Le XV de France n’aura pas réussi à mettre tous les ingrédients nécessaires pour remporter ce match et dit adieu à un éventuel Grand Chelem.

 

Ce match s’annonçait difficile puisque dès la 5ème minute, le troisième ligne aile du XV de France, François Cros, est sanctionné d’un carton jaune pour un plaquage cathédrale sur un Écossais. Trois minutes plus tard nouveau coup dur ! Romain Ntamack reçoit un coup au visage qui l’oblige à sortir du terrain sur protocole commotion. Le demi d’ouverture ne reviendra pas, il est remplacé par Matthieu Jalibert.

Malgré cette infériorité numérique les hommes de Fabien Galthié ne s’en tirent pas trop mal, avec seulement 6 points de retard. Il faut attendre la 32ème minute pour voir la première séquence de jeu française dans le camp des écossais. Après un bon mouvement, le toulousain Antoine Dupont, d’un coup de pied diagonal, renverse le jeu sur l’aile pour trouver Damian Penaud qui, profitant de son retour dans le groupe, inscrit l’essai qui remet les bleus dans le droit chemin. L’ouvreur Bordelo-Béglais transforme, la France repasse devant, 6-7. 37ème minute, nouveau tournant. Mohamed Haouas est expulsé après avoir mis un bon bourre-pif à un Écossais. Monsieur Paul Williams sort le rouge après visionnage de la vidéo. Les joueurs Écossais ne tardent pas à faire parler leur supériorité numérique et juste avant la mi-temps le ¾ aile du XV du chardon, Sean Maitland, conclut une belle action et permet à son équipe de rentrer au vestiaire sur le score de 14 à 7.

 

Seconde mi-temps

De retour sur la pelouse le XV de France se veut plus conquérant. À quelques mètres de la ligne, Dupont choisit la solution individuelle, pénalité pour l’Écosse. Sur l’action qui suit Stuart Hogg gagne du terrain avant de servir Price, le jeu continu et c’est toujours Sean Maitland, cette fois sur l’aile droite, qui va aplatir. Les bleus sont distancés, 21-7 après transformation. Un quart d’heure plus tard les français poussent et obtiennent une pénalité, réussie par Jalibert qui réduit la marque à 21-10.

À 20 minutes du terme de cette rencontre, c’est le moment décidé par le XV d’Écosse pour entériner les derniers espoirs de victoire française. Sur une touche écossaise dans les 22 mètres bleus, le ballon est gratté par l’alignement français, malheureusement il retombe dans les bras du talonneur qui ne se fait pas prier et file derrière la ligne. L’essai est transformé ce qui fait 27-10. Le XV de France tient tout de même à terminer ce match sur une bonne note et sous l’impulsion de Thomas Ramos il repart de l’avant. Au bout, c’est le capitaine Charles Ollivon qui finit dans l’en-but. Après la transformation ça fait 28-17 et le point de bonus défensif pour les Bleus.

Très bon match de la part des Écossais qui pointent à la 4ème place de ce classement du tournoi des VI Nations. Les Bleus peuvent s’en vouloir, ils disent définitivement adieu au Grand-Chelem et doivent se reconcentrer pour ce match aux allures de finale contre l’Irlande au Stade de France. Du moins, s’il a lieu : les organisateurs ont annoncé son annulation, et un report qui pourrait emmener au 31 octobre ! Pour voir une victoire française en terres celtes il faut remonter à 2014, illustration de la difficulté pour le XV de France de s’imposer au Murrayfield Stadium.

 

 

Léo Marchegay

Crédit photo : Anne-Christine POUJOULAT/AFP

Partager

Léo Marchegay

Naviguant entre Bordeaux et La Tranche sur Mer, pratique le bodyboard. Rédacteur pour le pôle sport, une préférence pour les sports de glisses et extrêmes. Contact : marchegayleo@gmail.com