Festival Animasia : le paradis des Otakus

Entre Gaming, Cosplay, Animés et Gastronomie, le festival Animasia nous ouvre ses portes…

C’est pour une 17ème édition sous l’honneur de la gastronomie que le festival Animasia nous transporte dans l’univers asiatique des mangas, de la K-POP et au sein d’ateliers découvertes. Ainsi, des artistes comme Cookiesan (rappeur) ou bien Asuraline (dessinatrice), ont pu nous transmettre leur attachement à cette culture étrangère.

Le festival Animasia en quelques mots

Rencontrer, découvrir, partager et tout simplement kiffer, sont les bases même d’Animasia. Et c’est dans l’univers complètement décalé de la culture asiatique que celui-ci nous embarque pour deux jours. C’est aussi un endroit où toutes catégories d’exposants se mélangent : dessinateurs, YouTubeurs, gamers, cuistots ou encore vendeur de katana. C’est aussi comme le cite le rappeur Cookiesan un endroit où « la diversité prime, car tous les genres, tous les milieux et toutes les origines se retrouvent pour défendre une valeur commune ». C’est donc avec entrain et après deux ans d’attente qu’exposants comme public ont pu réinteragir entre eux.

« Je ne peux pas baisser les bras, j’ai grandi avec Naruto »

Si pour certains, les animés et les mangas sont décris comme enfantins, pour d’autres c’est un véritable point d’accroche dans leur vie. Ils s’en inspirent alors pour des choix qui peuvent s’imposer à eux. C’est le cas de notre rappeur, grandissant avec les animés et un esprit de « rien ne peut nous arrêter, et si ça va pas on se relève », qui nous avoue que ça l’a aidé à se forger. Ainsi, son amour pour les mangas se transmet dans ses textes, mais aussi dans sa manière d’être et de penser. C’est aussi pour d’autres, un moyen de s’intéresser à la culture moderne et historique du Japon, sa mythologie, sa culture mais aussi sa langue, très différente de la nôtre car non latine. De plus, elle est une culture artistique très riche en diversité et c’est ce qui la rend unique.

Le cosplay… tout un art !

Le festival Animasia ne vaut rien sans concours, défilés et ateliers de création de cosplay. Pour ceux qui ne connaissent pas, le cosplay c’est

le fait de se déguiser en un personnage. Mais pas que ! On évalue aussi une prestation, l’esthétique, le maquillage et la créativité de celui-ci. Et c’est avec ferveur, que cette année un bon nombre de festivaliers ont imaginé ou bien acheté des cosplays riches en variété. Que ce soit en personnages de mangas cultes venant de Jujutsu Kaisen, One Piece, en personnages de jeux vidéos comme Akali (League of Legend), Pikachu (Pokémon) ou bien encore de films et séries comme les joueurs de Squid Game ou Serpentard de Harry Potter. Si bien que ce cosplayeur pourrait se sentir pendant quelques heures quelqu’un d’autre. Le fait de se métamorphoser en des personnages irréels permettrait pour le coup de rendre ceux-ci vivants. Un cosplayeur nous a fait part qu’il aimait se déguiser car c’est ce qui le faisait sortir de son quotidien, de par la recherche mais aussi pour son originalité à trouver.

Le gaming : un divertissement mais aussi un métier

Avec l’arrivée d’internet dans les années 90, les jeux vidéos se sont immiscés petit à petit dans nos vies (même si les jeux d’arcades comme PacMan existaient déjà). Si au départ jouer n’était que pur divertissement, aujourd’hui, devenir gamer pro est un rêve pour beaucoup. Mais pas que ! Créer, développer et partager son propre jeu est aussi prisé par beaucoup de joueurs. C’est pourquoi lors du festival, plusieurs écoles de gaming et d’arts gaming sont venues pour faire découvrir ce nouveau métier de demain. Ainsi nous avons également rencontré Paul, grand gamer de Guitare Hero, jeu mythique dont tout le monde a déjà entendu parler ; et Luffy, gamer pro, champion de l’EVO (championnat du monde de jeux de combat) en 2014. Ils nous ont alors expliqué que pour devenir gamer, il n’y avait pas besoin de parcours spécifique, juste beaucoup d’ambitions et d’être énormément passionné par les jeux. Il existe ainsi une grande variété de jeux, ce qui laisse donc à tout le monde l’occasion de trouver le sien, sur le support qui lui convient.

La créativité à son apogée !

Créatif est sans doute le mot qui est ressorti le plus pendant ces deux jours de festivité. Que ce soit par le cosplay vu précédemment ou bien par l’écriture. En effet, le festival Animasia n’est pas qu’un tremplin pour les mangaka, mais aussi pour les dessinateurs qui peuvent montrer leurs projets, vendre sous plusieurs formats ( badge, carte, porte-clés…), pour les auteur(e)s de romans mais aussi pour les cuisiniers venant faire saliver nos papilles, ou encore nos maquilleur(euse)s et tatoueur(euse)s, là pour nous montrer notre propre corps sous une nouvelle forme.

Dans un sens général, ce festival bien que particulier car il n’est pas seulement musical, démontre que peu importe d’où l’on vient, on finit toujours par trouver quelqu’un, une communauté qui nous correspond et nous soutient. Pour certains, le cosplay les a sauvés. Pour d’autres, c’est la musique. Et c’est ce point que veulent souligner tous les exposants. Qui est que : qui que l’on soit, personne n’est seul et tout le monde est égal.

Léa Varoquier

 

© Romgame/Léa Varoquier /Ecole e-artsup/Laurent Theillet (SUD OUEST)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *