Le Covid-19 nous fait-il mieux respirer ?

Le Covid-19 nous fait-il mieux respirer ?

Vers la mi-décembre 2019, un nouveau virus de la famille des coronavirus est apparu dans la ville de Wuhan (province du Hubei) située à l’est de la Chine. Depuis, beaucoup de pays sont touchés, mais l’Empire du Milieu reste le plus impacté. Avec les différentes mesures prises depuis février, la croissance du pays s’est trouvée freinée. Dans la même période, les plus bas taux de pollution aux particules fines et au dioxyde d’azote depuis des années ont été enregistrés. Peut-on pour autant dire que c’est le coronavirus qui nous fait mieux respirer ?

 

Gros pollueur

Avec son développement industriel, la Chine est devenu l’un des pays les plus polluants au monde. Les centrales à charbon sont l’une des principales causes de la pollution aux particules fines. Quant à la pollution au dioxyde d’azote, ce sont les moteurs des véhicules automobiles qui en engendrent le plus. En 2017, la pollution de l’air avait causé 852 000 décès en Chine (selon une étude publiée dans Sciences et avenir).


Comme un changement dans l’air

C’est en janvier que l’épidémie du Covid-19 s’est intensifiée en Chine, avant de gagner peu à peu le monde. Le gouvernement chinois a cherché à enrayer sa propagation en prenant différentes mesures. Plusieurs villes se sont donc retrouvées mises en quarantaine au fur et à mesure. Une décision qui a eu pour conséquence de ralentir le développement économique et industriel de la ville, mais aussi de réduire son besoin en énergie. En 4 ans, c’est la première fois que l’utilisation des centrales à charbon est si basse, 70% des vols domestiques ont cessé, et la population n’utilise quasiment plus de véhicules motorisés. Mais le constat ne s’arrête pas là.

La NASA s’est aperçue qu’entre le 25 janvier et 08 février les émissions de CO2 avaient baissé de 25%, provoquant une diminution importante du taux de dioxyde d’azote (particulièrement dans la ville de Wuhan).

 

À la fin du mois de février, la région de Milan a aussi été mise en quarantaine suite à la rapide évolution du nouveau coronavirus. Et ici aussi, une baisse de la pollution aux particules fines et au dioxyde d’azote a été observée.


“Tout a une fin”

Le président Xi Jinping s’est exprimé le 03 février dernier, annonçant sa volonté que la croissance du pays reprenne du galon afin de limiter l’impact à long terme de cette épidémie sur la croissance du pays. Il souhaite “atteindre les objectifs annuels de développement économique et sociaux”.

Jade Bihan

Crédit photo : eartthobservatory & NASA

Partager

Jade Bihan

Je suis étudiante en infocom. Mes projets : devenir journaliste reporter et voir un saiga tatarica un jour prochain.