Team Moore : la traque des pédophiles français

Sur sa page Facebook, la Team Moore se décrit comme un “mouvement citoyen pour la protection de l’enfance sur Internet”. Né en Mai 2019 sur l’île de La Réunion à l’initiative de celui qui se fait appelé Steven Moore, le collectif est maintenant présent en métropole, en Belgique et en Suisse. Alors qu’est ce que la chasse aux prédateurs sexuels ? On fait le point.

 

Sous le couvert d’Alicia, 12 ans 

Steven Moore est un père de famille de 38 ans, qui reçoit en mai 2019 un message d’une mère inquiète, il explique : “J’ai été engagé par une maman. Elle m’a contacté pour piéger un pédophile qui avait envoyé plusieurs messages pornographiques à sa fille”. C’est comme ça que l’homme créé le profil Facebook “d’Alicia, une jeune fille de 12 ans, passionnée d’équitation, un peu mal dans sa peau”. Ce faux profil très réaliste, a pour but d’attirer les pédocriminels et il rencontre vite du succès : “C’est comme à la pêche, il suffit de poser sa ligne et d’attendre” et en quelques jours “Alicia” est contactée par des dizaines de prédateurs sexuels.



Mais derrière ce profil, Steven Moore respecte une règle pour rester dans la légalité, il n’incite jamais à une discussion à caractère sexuel et donc agit comme un enfant. Cependant, il imprime toutes les conversations, contenant par ailleurs des photos explicites envoyées par les prédateurs, dans le but de constituer un dossier pour la justice. Il converse alors avec un homme de 65 ans qui lui donne rendez-vous au Tampon (sur l’île de La Reunion). Le jour j, il s’y rend avec deux personnes chargées de filmer et d’assurer sa sécurité, il interpelle le sexagénaire : “Vous n’avez pas rendez-vous à midi avec une petite fille de 12 ans devant la pharmacie monsieur ?”. Steven Moore lui montre alors les captures d’écran des conversations mais l’homme nie toute accusation, prétextant que son compte “a été piraté”. 

 

La vidéo de la confrontation avec le prédateur sexuel est alors massivement relayée sur les réseaux sociaux et permet l’arrestation du pédophile présumé. Après ce buzz, l’homme derrière le profil d’Alicia décide de créer la Team Moore avec deux autres mères de famille. 

 

“Les prédateurs se trouvent déjà dans la poche de vos enfants”

Une vingtaine, une trentaine puis une cinquantaine de personnes en France métropolitaine, en Suisse et en Belgique se rallient alors au mouvement et interpellent de plus en plus de cyber-criminels. Leur mode d’action suit celui de leur précurseur Steven Moore ; ils créent un faux profil d’une jeune fille de 12, 13 ou 14 ans, attendent que des pédophiles présumés viennent converser avec eux et leur proposer un rendez-vous, puis ils l’interpellent dans un lieu public accompagnés de personnes faisant office de gardes du corps et d’autres jouant le rôle de caméramans. Selon la Team Moore, les membres du collectif auraient procédé de cette manière à une cinquantaine d’interpellations.

 

Sur Facebook, le mouvement citoyen arbore le slogan “les prédateurs se trouvent déjà dans la poche de vos enfants” pour alerter les parents sur les dangers des réseaux sociaux présents sur les téléphones portables de leurs enfants. Il est conseillé aux parents de mettre le compte de leurs enfants en privé, de veiller à ce que leur géolocalisation n’apparaisse pas sur Internet, de regarder avec qui parlent leurs enfants sur le Web régulièrement et de dialoguer sur le comportement à adopter en ligne

 

Une lutte bien connue au Royaume-Uni

Le principe de traque des pédophiles n’est pas nouveau en Grande Bretagne, c’est un phénomène de société depuis 10 ans. Le pays compte plusieurs mouvements de traque de pédocriminels, parmi eux ; le collectif Dark Justice créé le 6 Octobre 2014 à Newcastle Upon Tyne dans le Nord-Est de l’Angleterre. Les membres de ce mouvement annoncent sur leur site Internet : 200 délinquants sexuels arrêtés, 107 condamnés dont 54 emprisonnés. Ils recensent également sur leur site toutes leurs affaires classées et mettent à disposition une base de données où les internautes anglais et irlandais peuvent chercher un nom où un lieu pour trouver les potentiels criminels associés. 

 

 

Les méthodes de la Team Moore sont largement inspirées de leurs homologues anglais, à l’exception que les français ne divulguent pas la vraie identité des cyber-délinquants interpellés. Au Royaume-Uni, les citoyens de ces collectifs sont tolérés par les autorités et travaillent en étroite collaboration avec la police. Ils sont même à l’origine de la moitié des arrestations de prédateurs sexuels, ce qui représente la différence majeur avec le travail des civils français. 

 

Des méthodes qui inquiètent la police française

Au contraire de la Grande Bretagne, les méthodes de ce “mouvement citoyen pour la protection de l’enfance sur Internet” ne font pas l’unanimité, surtout au sein de la police française. Le commissaire Philippe Guichard dirige un service de 30 cyber-enquêteurs et explique : “investiguer à la place des services d’investigations policiers ou gendarmes, ça nous dérange un peu parce que c’est un travail de spécialiste”, “on peut avoir quelqu’un d’extrêmement dangereux, ça m’ennuie quand même qu’un particulier s’intéresse à quelqu’un de dangereux, on ne sait pas comment ça peut finir”.

 

Une enquête vise même deux membres de la Team Moore pour “atteinte à l’intimité de la vie privée”, qui avaient attendu deux pédophiles présumés à la sortie de leur travail. Ce sont des proches des deux suspects qui ont porté plainte contre les “chasseuses de pédophiles”. Mais à ce jour aucune mise en examen n’a été prononcée.

 

Pourtant, les membres du collectif ont pour mot d’ordre la légalité et souhaitent préserver leur l’anonymat. C’est dans cette logique qu’ils ont fait appel à Nathalie Bucquet, avocate pour l’association “Innocence en danger” qui lutte pour la protection des enfants face aux prédateurs sexuels. C’est dans le cas d’un pédophile présumé interpellé à Bordeaux, que Maître Bucquet et la Team Moore ont transmis toutes les discussions Facebook pour faire un signalement au procureur de la ville. Ce dernier a donc ouvert une enquête contre le suspect de 29 ans, à la suite de laquelle il a été interpellé et placé en garde à vue. Il est mis en examen pour “corruption de mineur” et “propositions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans”, il est aujourd’hui sous contrôle judiciaire.

 

Cependant, selon Maître Bucquet, il existe une limite à leurs actions “le fait de se rendre à un rendez-vous sans les services de polices permet à cet individu qui se sait piégé de prendre la fuite et potentiellement de détruire des preuves ; ce qui est préjudiciable pour la suite de l’enquête”. 

 

Une réponse insuffisante des services de l’Etat

Comment un groupe de citoyens, sans aucun moyen, a réussi à faire mieux en moins de six mois que le gouvernement français qui dispose de milliards d’euros” : c’est ce que se demande à présent la Team Moore. La France ne dispose que de 20 cyber-patrouilleurs contre 250 au Royaume-Uni. Véronique Béchut, en charge des cyber-patrouilleurs à la Direction Centrale de la Police Judiciaire (groupe central des mineurs victimes), reconnaît : “On manque de moyens comme tous les services de police en France. Mais ça se réglera peut-être un jour”.  Homayra Sellier, la présidente de l’association “Innocence en danger”, confirme l’insuffisance, en France, des moyens déployés pour lutter contre la pédophilie : “Si on regarde le nombre de démantèlements de réseaux pédophiles ces dernières années, on note que la France est très en retard par rapport aux autres pays.

 

Crédits photos : ISTOCK – Antonio Guillem/Le JIR/Page Facebook de La Team Moore/Site Dark Justice.

 

Lilia Fernandez

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *