Le Ballon d’Or 2019 : résultats et analyse

Hier soir sur la scène du théâtre du Châtelet, c’est l’Argentin Lionel Messi qui a remporté son sixième Ballon d’or, ce qui fait du joueur barcelonais le seul recordman au nombre de titres. Ce sacre, à l’occasion de la 64ème édition du trophée, intervient après trois années de disette durant lesquelles il trouva son ennemi juré Cristiano Ronaldo pour lui barrer la route en 2016 et 2017, et où il se classa que cinquième l’an dernier. Il intervient aussi après une année une fois encore exceptionnelle de la part de l’Argentin âgé de 32 ans, dont le temps ne semble avoir aucune emprise sur son niveau.

 

Lionel Messi, de l’or au bout des pieds

 

Avec ce sixième Ballon d’or, Lionel Messi est désormais seul sur le toit du football. Si nous pouvons débattre d’un éventuel statut de meilleur joueur de tous les temps, ce que le chiffre précité semble supposer, il est désormais évident de considérer l’Argentin comme le meilleur joueur du 21ème siècle. Dès le début de sa carrière, le natif de Rosario a laissé entrevoir un potentiel incroyable. Très rapidement, il fera les beaux jours du FC Barcelone, son seul club professionnel avec lequel il a aujourd’hui marqué 614 buts, gagné quatre Ligue des champions, dix championnats d’Espagne. Ses statistiques personnelles sont tout simplement ahurissantes. Au delà des simples données chiffrées, ce qui fascine le plus chez Messi c’est sa facilité avec le ballon, sa qualité technique et son influence sur le jeu de son équipe. Il fait partie de ces rares joueurs pour lesquels on a l’impression que tout est simple. Il fait également partie de ces joueurs qu’il faut surveiller en permanence car une demi-seconde d’inattention face à lui risque d’être fatale. La pulga (la puce), comme il est surnommé en raison de son physique, impressionne également par sa régularité et sa longévité au plus haut niveau. En résumé, c’est un magicien du football dont les superlatifs pour le décrire ne sont sans doute pas assez nombreux. 

 

Cette année, l’Argentin n’a pas forcément réussi la meilleure saison avec son club puisque d’un point de vue collectif Barcelone a échoué en demi-finale de la Ligue des champions, objectif majeur du club catalan. Sur un plan personnel en revanche, Lionel Messi a encore surnagé. Il est celui qui a inscrit le plus de buts de la compétition avec 12 buts. Il est aussi le joueur ayant marqué le plus de buts dans son championnat la saison dernière, avec 36 réalisations, ce qui lui a valu le Soulier d’or européen ou encore le joueur ayant effectué le plus de passes décisives.

 

Sa désignation comme Ballon d’Or 2019 apparaît somme toute logique sur un plan individuel. Néanmoins, beaucoup ont été déçus et espéraient que le trophée revienne cette année à un joueur de Liverpool, la meilleure équipe de la saison dernière en Europe.

 

 

 

Les joueurs de Liverpool en force dans le classement

 

Avec trois joueurs dans le top 5 , les joueurs de Liverpool squattent les places d’honneur. Si ce résultat sonne comme une évidence au vue de l’incroyable saison des Reds, vainqueur de la Ligue des champions, nous pouvons quand même regretter qu’il n’ y en ait qu’un seul sur le podium. La deuxième place de Virgil Van Dijk pourrait sonner comme une victoire pour le défenseur de 28 ans qui apparaissait pour la première fois dans les 30 nominés, mais elle laisse un goût d’inachevé pour celui qui a réalisé une saison fantastique. Elle vient surtout alimenter un des éternels débats autour de cette cérémonie concernant le fait qu’il est quasiment impossible pour un défenseur d’être sacré. Seuls trois joueurs évoluant à ce poste ont eu cet honneur en 64 éditions. Van Dijk a quand même eu les honneurs des votes en se classant deuxième, ce qui n’a pas été le cas de son coéquipier Sadio Mané que beaucoup souhaitaient voir sur le podium mais que l’on retrouve aux pieds de celui ci. Le Sénégalais, bien qu’auteur d’une saison incroyable, a vu les votants lui préférer Cristiano Ronaldo pour la troisième place. Cette décision a beaucoup fait parler sur les réseaux sociaux. Si les statistiques des deux hommes sont semblables sur la saison dernière, le critère collectif donne un avantage au joueur de Liverpool qui a gagné la plus prestigieuse compétition européenne contrairement à son rival qui a échoué en quarts avec son club. Enfin l’Égyptien Mohammed Salah conclut ce top 5, devant le premier Français, Kylian Mbappé, qui a régressé de deux places par rapport à l’an dernier mais qui se positionne comme un futur prétendant au sacre. D’un point de vue global les Français sont moins en vue cette année que l’an dernier puisque seulement quatre bleus figurent dans le classement des trente meilleurs joueurs, contre sept en 2018.

 

 

 

Megan Rapinoe, Matthijs De Ligt et Alisson Becker également récompensés

 

Parmi les autres trophées remis hier soir à Paris, figurait le Ballon d’or féminin, dont c’était seulement la deuxième édition. Logiquement, il a été attribué à l’Américaine, Megan Rapinoe, vainqueur de la dernière Coupe du monde avec son pays, et dont elle a été élue meilleure joueuse. Co-meilleure buteuse du tournoi avec six réalisations, dont cinq lors des matchs à élimination directe, la joueuse de Seattle est devenue une véritable icône de son sport. Contrairement à son homologue masculin Lionel Messi, personnage plutôt réservé, Megan Rapinoe n’est pas du genre discrète puisque c’est une militante engagée. Elle n’hésite pas à militer politiquement en faveur des femmes LGBT et des minorités. La capitaine de la sélection américaine a aussi refusé publiquement l’invitation du président Donald Trump à la Maison Blanche après le sacre de son équipe l’été dernier. C’est une star aussi bien sur le terrain qu’en dehors, étant sans nul doute la figure la plus charismatique du football féminin.

 

 

Le Trophée Kopa, inauguré l’an passé, qui récompense le meilleur joueur de moins de 21 ans est quand à lui revenu au néerlandais Matthijs De Ligt, qui succède ainsi à Kylian Mbappé. Comme son prédécesseur français, le jeune défenseur est à l’aube d’une grande carrière et impressionne déjà tous les observateurs. En février dernier avec son club de l’Ajax d’Amsterdam, il est devenu le plus jeune capitaine de l’histoire des phases finales de la Ligue des champions. Une maturité incroyable qui lui a permis d’avoir tous les gros clubs européens à ses pieds l’été dernier. C’est finalement à la Juventus de Turin que le jeune Néerlandais a signé, le club italien ayant dépensé 75 millions d’euros pour s’attacher les services du joueur de 20 ans.

 

Enfin un quatrième trophée faisait son apparition cet année, celui du meilleur gardien de but, appelé  trophée Lev Yachine en hommage au seul gardien ayant obtenu le Ballon d’or en 1963. C’est le Brésilien Alisson Becker qui a eu l’honneur de recevoir cette distinction. Le gardien du club de Liverpool a remporté la Ligue des champions, en étant un grand artisan du sacre de son équipe. Il a également gagné la Copa America avec la sélection brésilienne. Cette récompense est l’aboutissement d’une saison incroyable pour celui qui a également été élu meilleur gardien du championnat d’Angleterre, de la Ligue des champions et de la Copa America. Il aura donc réalisé le grand chelem.

 

Cette cérémonie aura finalement été sans grande surprise au niveau des lauréats, mais aura comme à son habitude beaucoup fait parler d’elle, ce qui en fait quelque part tout son charme.

 

Crédits photos : Thomas Samson AFP/Yoan Valat EPA/Getty Images.

Mathias Babin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *