Un week-end, deux exploits

Laisser des traces dans l’histoire, marquer les esprits des observateurs, être reconnu pour ses exploits, voilà ce à quoi aspire un sportif de haut niveau. La recherche de la performance demeure constante chez tous les athlètes, quelques soient le sport qu’ils pratiquent. Seuls certains d’entre eux atteignent les sommets de leur discipline, accomplissent alors la performance qui leur permettra d’entrer dans la légende de leur sport. Le week-end dernier, deux athlètes sont parvenus à accomplir, dans leur spécialité respective, une performance sportive incroyable, bien difficile à prévoir. Ainsi Armand Duplantis et Kokoro Kageura sont parvenus à se faire une place dans l’histoire de leur sport, le saut à la perche pour l’un et le judo pour l’autre.

 

Le record d’Armand Duplantis

 

Suis-je capable de battre un record qui semble à priori tellement hors de portée ? 

Armand Duplantis, perchiste suédois de 20 ans n’as visiblement jamais douté de ses capacités, et a toujours su qu’il allait un jour battre le record du monde de saut à la perche fixé à 6m16 par Renaud Lavillenie le 15 février 2014. 

Il faut dire que ce suédois d’origine américaine a toujours été un surdoué de cette discipline si exigeante qu’est le saut à la perche. Fils de Greg Duplantis qui était lui même perchiste de bon niveau, celui que l’on surnomme « Mondo » a battu bon nombre de records dans les catégories de jeunes. Il a très rapidement confirmé les attentes chez les « grands » en devenant champion d’Europe en 2018 à l’âge de 18 ans grâce à un saut à 6m05. L’année suivante il devient vice champion du monde à Doha. Sa progression demeure constante et elle va l’amener à envisager de tenter de battre le record de Lavillenie, celui qu’il considérait comme son idole.

Le Français est devenu une véritable icône de ce sport, de part son riche palmarès ponctué par un titre de champion olympique en 2012, mais surtout depuis qu’il a effacé des tablettes le record de 6m15 du légendaire perchiste ukrainien Serguei Bubka, alors qu’il le tenait depuis 21 ans. Une éternité dans un sport dont les progrès, notamment au niveau du matériel, auraient du permettre à un athlète de battre cette marque beaucoup plus tôt. Le record de l’ukrainien semblait alors hors de portée de quiconque osant s’y approcher. Pourtant le perchiste français l’a fait à Donetsk, dans le pays de Bubka. Avec le saut de Renaud Lavillenie à 6m16, beaucoup ont ainsi estimé que le plafond de verre avait été atteint, que personne ne serait en capacité de battre le record de celui qui a effacé des tablettes la marque de la légende du saut à la perche masculin. Beaucoup de gens mais pas Armand Duplantis qui s’est obstiné à créer l’exploit. 

Après avoir essayé, mais échoué à trois reprises quelques jours plus tôt à Dusseldorf, le Suédois n’a pas baissé les bras et a finalement réussi dans son entreprise samedi dernier à Torun en Pologne. Son saut à 6m17 lui a permis d’effacer des tablettes le saut de Lavillenie, devenant ainsi le perchiste ayant sauté le plus haut de l’histoire.

Celui qui a déclaré « avoir voulu ce moment toute sa vie », a reçu toute l’admiration et la reconnaissance de ses aînées, Bubka comme Lavillenie. Ce dernier, bien que logiquement amer, a salué la performance du gamin de 20 ans, avec lequel il partage quelques affinités. L’ancien recordman a d’ailleurs toujours su qu’Armand Duplantis avait le potentiel pour être son successeur. Le jeune perchiste suédois siège désormais au sommet de sa discipline, et il n’est pas prêt de laisser son fauteuil tant sa jeunesse et son talent font qu’il est sans nul doute à l’aube d’une longue et déjà brillante carrière.

 

 

 

L’ incroyable performance de Kokoro Kageura

 

Comment marquer de son empreinte sa discipline lorsqu’un de vos concurrents rafle tous les trophées possibles, et gagne tous les combats auquel il fait face depuis de longues années ? 

C’est ce que s’est peut être longtemps demandé le judoka japonais Kokoro Kageura incapable, comme tous les autres judokas, de battre l’ogre Teddy Riner, double champion olympique dans la catégorie des plus de 100 kilos, mais surtout titulaire de 152 victoires consécutives avant de participer au Grand Slam de Paris dimanche dernier. Kageura a finalement trouvé la réponse sur le tatami de l’Accorhotels Arena. 

Après avoir gagné ses deux premiers combats de la journée, portant ainsi sa série d’invincibilité à 154 combats, Riner affronte le japonais de 24 ans à l’occasion du troisième tour de la compétition. Le Guadeloupéen est sûr de sa force, et il a de quoi après quasiment dix ans de règne sans partage dans sa catégorie. Mais il sait aussi que son adversaire lui a souvent donné du fil à retordre dans de précédentes luttes. Cette fois ci, il n’a pas pu résister au Japonais qui est parvenu à le faire tomber au golden score. C’est un véritable coup de tonnerre. Nul n’aurait pu imaginer que le champion allait tomber, surtout à domicile. Kokoro Kageura n’a pas réussi à s’imposer lors de ce tournoi puisqu’il a perdu en finale, mais il a prouvé que l’impossible était possible et restera à jamais comme celui qui a accompli l’exploit de mettre un terme à l’incroyable série de Teddy Riner, le meilleur judoka du 21ème siècle. Sportivement, cette performance compte évidemment moins qu’une médaille dans une grande compétition, mais symboliquement elle a un impact énorme et permet de mettre dans la lumière un athlète qui n’est étonnamment pas encore certain de participer aux prochains JO dans son pays. Grâce à cette victoire Kokoro Kageura s’est fait un nom et restera à vie associé à cette performance extraordinaire.

Pour le Français cette défaite a paradoxalement été vécue comme un soulagement, presque comme une délivrance. Celle d’être déchargé d’une pression terrible, la pression que doivent subir au quotidien les champions dont les observateurs refusent de voir un jour la défaite, tant elle briserait un mythe. Nul doute que cette piqûre de rappel lui sera bénéfique avant la grande échéance d’août prochain, les JO de Tokyo, où il peut devenir le premier triple champion olympique de judo dans la catégorie reine des poids lourds.

 

Tous les rêves sont permis, et c’est précisément ce qui fait la magie du sport de haut niveau. Un formidable spectacle où les statistiques sont sans cesse modifiées, les exploits sans cesse réalisés et les records sans cesse battus.

 

 

 

Crédits photos : Lukasz Szelag AFP / AFP / Lucas Barioulet AFP.

Mathias Babin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *