Roland Garros : Du spectacle même en septembre

Inhabituellement décalé en septembre, Roland Garros a tenu ses promesses malgré des circonstances particulières. Orné d’un tout nouveau toit, le cours Philippe Chatrier, même sans l’intégralité de ses spectateurs, aura été le lieu de batailles acharnées, de points époustouflants, d’émotions prenantes et de sacres extraordinaires. Retour sur un tournoi qui, une fois de plus, aura fait vibrer tous les fervents amoureux de tennis.

Swiateg survole le tournoi

19 ans. 54ème joueuse mondiale et 1ère polonaise à remporter un Grand Chelem. La performance d’Iga Swiatek sur ce tournoi est fabuleuse. Certes, le tableau féminin était ouvert et aucune joueuse ne se présentait réellement sur la terre battue en favoris, mais ce qu’a réalisé Swiatek est tout simplement historique. Vainqueur junior du tournoi parisien en 2016 contre Sofia Kenin, elle a réédité sa prestation contre la même américaine, devenue 4ème au classement WTP (6/4 6/1). Les sept tours qui l’ont mené jusqu’à la finale, elle les a passée avec brio, sans être inquiétée une seule seconde. La jeune joueuse s’est même offert la numéro 1 mondiale Simona Halep 6/1 6/2 au quatrième tour. Impressionnante, agressive et avec un mental d’acier, Swiatek n’a jamais flanché. Elle n’aura laissé que très peu de miettes à ses adversaires, ayant perdu en moyenne seulement quatre jeux par match. Avec aucun set concédé sur l’édition, elle devient la première joueuse à réaliser cet exploit depuis Justine Hénin en 2007. Celle qui n’avait jusqu’alors jamais dépassé les 8èmes de finale dans un tournoi du Grand Chelem s’est fait un nom sur le circuit.

Nadal, encore et toujours

Le roi de la terre battue a encore frappé. Imbattable, Rafael Nadal n’aura laissé aucune chance au numéro 1 mondial Novak Djokovic, impuissant. C’était la sixième confrontation en finale des deux hommes, et le Serbe ne s’est jamais imposé. Pour le 1200ème match de sa carrière, l’Espagnol signe sa 999ème victoire et son 60ème titre sur terre battue. Après un parcours sans céder un set, Rafa a haussé son niveau de jeu sur cette finale en frôlant la perfection. Une couverture de terrain imparable et des angles impressionnants ont permis au numéro 2 mondial de remporter son 13ème sacre parisien. Il rejoint ainsi Roger Federer au sommet historique du tennis en égalant son record de 20 victoires en Grand Chelem. Après une démonstration sur le premier set et un récital au deuxième, il n’a pas tremblé pour conclure malgré un Djoko plus incisif en fin de partie (6/0 6/2 7/5). Incontestablement le meilleur joueur sur terre battue de l’histoire, Nadal remporte sa 100ème victoire à Roland Garros, pour seulement 2 défaites. Les superlatifs manquent.

Des révélations tricolores

Si Yannick Noah a été le premier joueur français à remporter le tournoi parisien, il ne pensait sûrement pas demeurer le seul si longtemps. Pourtant, depuis 1983, aucun joueur tricolore n’a réussi a réitérer cette performance. Grosjean, Monfils ou Tsonga se sont déjà hissés dans le dernier carré, mais jamais plus, et la dernière fois, c’était en 2015. Mais, la nouvelle génération arrive enfin, et ses débuts sur la terre battue de RG sont plutôt prometteurs. Bénéficiant d’une invitation, Hugo Gaston a fait bien plus que de la figuration dans ce tournoi. Durant quatre tours, il a impressionné et enchanté tous les amateurs de tennis. Tombeur de Wawrinka pour le premier match en 5 sets de sa vie (2-6, 6-3, 6-3, 4-6, 6-0), le français de 20 ans a livré un combat acharné contre Thiem, sans ne jamais rien lâcher (6-4, 6-4, 5-7, 3-6, 6-3). Solide mentalement et dans l’échange, le 239ème mondiale a su montrer son intelligence de jeu et sa panoplie de coups, se révélant un expert des amortis aux yeux du monde. Son incroyable performance lui promet de grands jours s’il continue dans sa lancée. Chez les femmes, Fiona Ferro et Clara Burel se sont démarquées. La première, parce qu’elle a réalisé un parcours remarquable, arrivée en quart de finale avant de tomber contre la finaliste Kenin. La seconde, parce qu’elle a seulement 19 ans et qu’elle a montré de très belles choses. Ces noms tricolores qui fleurissent dans le paysage tennistique mondial sont de bon augure pour la suite, surtout que leur carrière débute.

Iga Swiatek vient inscrire son nom dans le palmarès des gagnants de Roland, et Nadal continue d’écrire l’histoire, à quelques mois de la prochaine édition du plus prestigieux des tournois sur terre battue. Pour admirer de nouveau les grands noms du sport le plus spectaculaire, rendez-vous en juin, avec, on l’espère, des gradins remplis.

 

Margaux Bongrand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *