Rattrapages du samedi 21 novembre 2020

Manifestations contre la dérive sécuritaire

Hier, une manifestation contre la loi de « sécurité globale » était organisée à Paris, place du Trocadéro suite à l’appel de la Ligue des droits de l’Homme, de syndicats de journalistes et de Gilets jaunes. La loi de « sécurité globale » est en cours d’examen au Parlement et notamment l’article 24, visant à interdire au public de diffuser l’image de policiers. L’article prévoit notamment de pénaliser d’un an de prison et de 45 000 euros d’amende la diffusion de « l’image du visage ou tout autre élément d’identification » d’un policier ou d’un gendarme en intervention lorsque celle-ci a pour but de porter « atteinte à son intégrité physique ou psychique ». Cet article fait débat depuis des semaines mais n’a pas empêché l’Assemblée nationale de l’adopter. Une vingtaine d’autres manifestations sont prévues en France.

 

Soremade !

La Française Madeleine Malonga est sacrée championne d’Europe de judo pour la deuxième fois dans la catégorie des −78 kg, après 2018, en battant aux pénalités l’Allemande Luise Malzahn en finale aujourd’hui à Prague, après neuf mois sans compétition. La championne du monde en titre et N.2 mondiale de la catégorie apporte à la délégation française sa quatrième médaille d’or de la compétition européenne, la septième au total. De son côté, la judokate Clarisse Agbegnenou a été sacrée championne d’Europe en −63 kg pour la cinquième fois en envoyant à terre l’Autrichienne Magdalena Krssakova en moins de 25 secondes en finale. La vice-championne olympique 2016 et quadruple championne du monde n’avait plus combattu depuis sa victoire au prestigieux tournoi de Paris début février.

 

La barbarie de Trump

Jeudi 19 novembre, un condamné a été exécuté dans une prison de l’Indiana aux États-Unis. Avec cet acte, l’administration Trump a rompu avec une tradition observée depuis 131 ans, qui veut que les présidents sortants non réélus sursoient aux exécutions en attendant que leur successeur prête serment. Ainsi, Orlando Hall, un Afro-Américain de 49 ans a été exécuté par injection de pentobarbital. Sa mort représente la huitième exécution fédérale depuis que cette pratique, mise en sommeil pendant 17 ans, a repris cet été. Le nouveau président Joe Biden, qui doit prêter serment le 20 janvier, a déjà fait savoir qu’il était opposé à ce procédé. Deux autres exécutions sont prévues en décembre.

 

Quand on vous dit qu’il faut filmer…

Un policier de 46 ans a été condamné vendredi à Strasbourg (Bas-Rhin) à deux ans de prison dont quinze mois ferme avec mandat de dépôt et interdiction d’exercer. Les faits remontent à la nuit du 18 au 19 mars, durant le premier confinement. Le fonctionnaire de police avait été appelé en renfort pour interpeller un jeune homme qui venait d’acheter de la résine de cannabis. Tandis que le fuyard était maîtrisé au sol par un autre agent, le policier lui avait asséné plusieurs coups de pied au visage. La scène avait été filmée par un habitant du quartier. Le jeune homme avait encore subi de nouveaux coups à l’hôtel de police : d’abord au niveau des côtes, puis, une fois au sol, au visage. Un tel jugement n’aurait pas été possible sans la vidéo de la violence. Défendre ce droit est désormais vital.

 

Bad news pour les restos

Le Premier ministre Jean Castex a confirmé ce samedi l’horizon d’une réouverture « autour du 1er décembre » des commerces, « mais pas des restaurants et des bars », en maintenant toutefois un élément de conditionnalité. « N’attendez pas ce matin de moi une date précise, parce que mon indicateur, ce sont les critères sanitaires », a expliqué le chef du gouvernement à une délégation de commerçants et d’artisans réunis à la préfecture de Côte-d’Or à Dijon. « Ils sont orientés dans le bon sens. Mais on a dit qu’en début de semaine prochaine, on devrait avoir une vision consolidée ». Il va falloir encore attendre pour connaître le sort de nos amis les barmans…

 

Au voleur !!!

Au Kenya, un reportage de la BBC révèle l’existence d’un large trafic d’enfants jusque dans l’un des plus grands hôpitaux de Nairobi, capitale du Kenya. La réaction des autorités n’a pas tardé. Premier à s’exprimer après la diffusion, le ministre du Travail et de la Protection sociale kényan promettait en début de semaine la création d’une unité spéciale afin de lutter contre ce trafic “inacceptable”. Quelques jours plus tard, sept personnes sont déjà poursuivies. Mis en ligne le 15 novembre, Voleurs de bébés est le fruit d’une année d’enquête sur les disparitions d’enfants qui alimentent le marché de l’adoption clandestine au Kenya.

 

Crédits : Chaîne YouTube de BBC News Africa

 

Raphaël Penault

 

Crédits photo : Paul Cassia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *