Rattrapages du mercredi 22 janvier 2020

Le virus qui dévora la Chine

Les chiffres ne cessent d’augmenter quant aux victimes du virus qui touche la Chine depuis maintenant plusieurs semaines. La commission nationale de la santé comptabilise plus de 440 contaminés et 17 morts en Chine. Le premier cas aux États-Unis a été détecté en début de semaine. On vous le disait mardi, certains pays et aéroports ont déjà commencé à prendre des mesures de précautions pour limiter la propagation du virus à l’étranger, la France s’y met aussi. Les médecins doivent désormais orienter vers le SAMU ou « un infectiologue référent » toute personne « présentant une infection respiratoire aiguë, quelle que soit sa gravité, ayant voyagé ou séjourné dans la ville de Wuhan en Chine dans les quatorze jours précédant la date de début des signes cliniques ou ayant eu un contact étroit avec une personne tombée malade dans cette ville ». Face à cette crise virale, les membres de l’OMS sont en pleine discussion pour décider si l’ « urgence de santé publique de portée internationale » doit être déclarée.

Quand Macron fait une Chirac

Alors qu’il est en Israël à l’occasion du 75ème anniversaire de la libération du camp nazi d’Auschwitz, Emmanuel Macron a fait parler de lui à cause d’un accrochage avec un policier israélien. En effet, le président Français, alors qu’il était prêt à visiter l’église Sainte-Anne à Jérusalem, qui fait partie des 4 territoires français à Jérusalem, a été intercepté par un policier israélien qui lui coupait la route pour rentrer dans l’église. Si le Groupe de sécurité de la présidence de la République s’est interposé en premier, Emmanuel Macron a tout de même tenu à exprimer sa colère en s’exclamant « je n’aime pas ce que vous avez fait devant moi » face au policier tout en lui demandant de quitter les lieux. Cela fait écho à une altercation similaire entre Jacques Chirac et des policiers israéliens, au même endroit, pour la même raison mais en 1996. Macron a affirmé plus tôt dans la journée que « la négation de l’existence d’Israël comme État est un antisémitisme » mais gêner les présidents de la République sur un territoire français semble être un sujet aussi sensible… 

 

 Le courrier n’a pas dû être agréable à lire…

Encore et toujours, l’actualité est rythmée par les péripéties liées à la réforme des retraites. Hier, c’est Bruno Le Maire et Gérald Darmanin qui en ont fait les frais. Et c’est à coups de menaces de mort envoyées aux ministres que certains opposants à la réforme se sont exprimés. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que les membres du gouvernement reçoivent des menaces manuscrites. Les deux ministres ont donc reçu des lettres dont l’une d’elles comportait le message suivant : « Tu convaincs (…) Macron que cela suffit, qu’il retire sa réforme, sinon on massacre ». Mais pourquoi s’arrêter à la prose quand on peut aller au-delà des mots ?  Deux balles de révolver étaient scotchées à la lettre, le message n’était sûrement pas assez clair… 

L’affaire sans fin

Hier a enfin commencé le procès de Harvey Weinstein à New York après des semaines de stand-by. Cela fait plus de deux ans que le producteur a été accusé de viol et d’agression sexuelle par deux femmes. Le jury, composé de 5 femmes et de 7 hommes, a pu écouter les plaidoiries qui débutaient hier. Weinstein, qui affirme que toutes les relations qu’il a eu étaient consenties, semble avoir le juge de son côté puisque ce dernier a accepté d’intégrer aux preuves de l’affaire des messages et des sms qui démontrent que la femme qui l’accuse de viol entretenait une relation amoureuse avec Weinstein. C’est peut-être ces messages qui permettront à Harvey Weinstein de ne pas écoper de la prison à perpétuité, qu’il risque pour l’instant. Le procès ne devrait pas durer plus de six semaines, donc la sentence tombera rapidement.  

Ce n’est qu’un au revoir Jean-Paul

En pleine Fashion Week de Paris, Jean-Paul Gaultier a donné hier son dernier Grand Défilé-show Haute Couture au Théâtre Châtelet. Il a annoncé qu’il se retirait des catwalks de la haute couture en fin de semaine dernière. Jean-Paul Gaulter fêtait le 50ème anniversaire sa carrière dans la mode hier, il est donc temps de se résigner à ne plus voir la marque de luxe sur les podiums. Mais que les amoureux(ses) de la mode sèchent leurs larmes, cela ne marque pas la fin de la maison de couture, puisque le créateur a aussi annoncé qu’un nouveau projet dont il est « l’instigateur » est en route

 

 

Crédits photo : Gabriel Maseda / NurPhoto

Camille Hurcy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *