Rattrapages du mercredi 18 novembre 2020

Il n’en rate pas une (décidément)…

Mercredi 18 novembre, lors d’une conférence de presse sur l’activité des forces de l’ordre, le ministre de l’Intérieur a commis une (énième) bourde. En plein débat sur la très controversée loi de « sécurité globale », qui pourrait porter atteinte au droit de la presse, il s’est exprimé : « Je rappelle donc, que si des journalistes couvrent des manifestations, conformément au schéma de maintien de l’ordre, ils doivent se rapprocher des autorités, en l’occurrence du préfet du département […], pour se signaler, pour être protégés également par les forces de l’ordre, pour pouvoir être distingués, pour pouvoir rendre compte [de leur] travail de journaliste dans ces manifestations ».

Cette déclaration a entraîné de vives réactions dans le milieu journalistique. De nombreux professionnels ont estimé qu’ils n’avaient pas à se « rapprocher de la préfecture » pour effectuer leur travail « librement et en toute indépendance ». Le ministre est par la suite revenu sur ses propos, précisant qu’ils n’avaient pas l’obligation de le faire.  

 

Le déconfinement, oui, mais pas tout de suite

Le président de la République va s’exprimer la semaine prochaine sur une éventuelle sortie du confinement. En effet, depuis une semaine la situation s’améliore, avec une baisse dans les services de réanimation (bien que la tension reste très forte dans les hôpitaux). En 24 heures, on a enregistré 361 nouvelles admissions et 427 décès. 4 759 patients Covid sont en réanimation, contre 4 838 mardi. 

Cependant, le gouvernement reste très prudent à la suite du Conseil de défense de mercredi. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, a même parlé d’une « adaptation » plutôt que d’une réelle sortie du confinement. Reste à savoir ce qu’en dira le président de la République la semaine prochaine… 

 

Les pompiers parient sur l’humour

Face à un nombre toujours plus important d’appels abusifs, les pompiers de Paris ont décidé d’agir avec humour ! Dans des tweets qu’ils publieront deux fois par mois, les mardis, ils vont tenter de nous expliquer comment agir face à des problèmes qui pourraient nous pousser à les appeler, alors que ça n’est pas utile. Cette idée est née dans la cellule des réseaux sociaux des pompiers de Paris. Elle rassemble quatre personnes à l’état-major dans le 17e arrondissement, et a accueilli quelques stagiaires afin de faire preuve d’inventivité. Une quarantaine de thèmes seraient donc déjà au programme. Les pompiers vont y évoquer les nids de guêpes, les fuites d’eau ou encore les ascenseurs bloqués. Les internautes peuvent aussi proposer des sujets. Alors si vous êtes plutôt fan des vidéos drôles, vous allez adorer les tweets du mardi des pompiers de Paris !

 

Une COP26 des jeunes

La conférence mondiale sur le climat, qui devait se tenir au mois de novembre 2020, a été repoussée du 1er au 12 novembre 2021 en raison de la pandémie de coronavirus. Cela a provoqué la colère de nombreux jeunes et notamment de Josh Tregale, un étudiant de 18 ans : « Les pays auraient pu organiser une conférence mondiale sur le climat en ligne, mais ils ne l’ont pas fait et n’ont rien prévu à la place. C’était pourtant une opportunité unique pour relever l’ambition au moment où l’on met des milliers de milliards de dollars sur la table pour relancer l’économie […] Il est difficile de comprendre pourquoi le monde entier ne combat pas la crise climatique comme si leur vie en dépendait, car pour moi et les autres jeunes, notre vie dépend de leur action. ».

C’est pourquoi du 19 novembre au 1er décembre, il a organisé avec seize autres jeunes issus du mouvement Fridays for Future de Greta Thunberg, un « sommet virtuel ». Près de 350 participants de différents pays vont se rassembler pour un sommet fictif sur le climat. Leur objectif est clair : montrer au monde ce qu’il se passerait si les jeunes étaient décideurs

 

Mauvaise nouvelle aux États-Unis

Dans un rapport annuel du 16 novembre 2020, le FBI (police fédérale américaine) a recensé 7 314 crimes de haine en 2019. Cela faisait plus de dix ans que les crimes de haine, qui sont des crimes motivés par des préjugés liés à l’ethnicité, la religion, l’orientation sexuelle ou encore le genre des victimes, n’avaient pas atteint un tel niveau aux États-Unis. Il dépasse donc les chiffres de 2008 (7 783 incidents) et c’est même pire, quand on sait que le nombre de crimes dépasse les 7 100 par an depuis 3 ans. 

Toujours d’après le FBI, la raison à ses crimes de haine en augmentation fulgurante fait écho au contexte des États-Unis. Dans une situation de résurgence du racisme et de la haine, la question se pose de savoir si cela s’apaisera… à suivre…

 

Une série … Paranormale

Adaptée des romans d’Ahmed Khaled Towfik publiés en 1993, elle est la troisième série arabe de Netflix et c’est aussi la première série fantastique égyptienne de la plateforme ! Paranormal suit Refaat, un hématologue qui ne croit pas au surnaturel mais qui se retrouve face à des événements inexpliqués. Il devient alors, malgré lui, une référence en matière de paranormal. 

Cette série horrifique et effrayante saura satisfaire quiconque cherche autre chose que des séries américaines ou françaises. De plus, vous ne pourrez pas dire que vous n’avez pas le temps pendant ce confinement. Let’s go !!!

 

Crédits : Chaîne Youtube Netflix France

 

Romain Gruet

 

Crédits photo : XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *