Rattrapages du lundi 4 novembre 2019

New-Delhi = asphyxie

La ville de New-Delhi est souvent victime d’une pollution intense, mais depuis quelque jours c’est l’asphyxie. Le taux de particules fines dans l’air est extrêmement élevé depuis quelques jours. Un brouillard de pollution paralyse la capitale indienne : les chantiers ont été suspendus, les écoles fermées, certains avions n’ont pas pu décoller ou atterrir. Les habitants déplorent la situation, nombreux sont ceux qui se plaignent de maux de tête, d’avoir les yeux qui leur brûlent, ou des problèmes respiratoires. “J’ai mal à la tête au réveil chaque matin. Je respire mal, j’ai des inflammations dans les narines et aux yeux”, explique Ankusha Kushi, étudiante.

Marée noire 

Décidément, dès qu’il se passe quelque chose d’important pour l’environnement au Brésil il y a un délai d’attente pour que l’info ne parvienne au reste du monde. Après les incendies en Amazonie, place à une marée noire d’envergure sur les côtes brésiliennes. Son origine n’est pas encore assurée, Jair Bolsonaro a indiqué que les soupçons se portaient sur le navire pétrolier grec “Boubouna”. Depuis 3 mois, des flaques de pétrole se mêlent aux vagues et au sable des plages. Les hydrocarbures sont d’abord apparus au nord-est du pays, mais “le pire est à venir” selon le président de Brésil, puisque les galettes d’or noir continuent leur progression vers le sud du pays. Le point positif dans cette histoire ? Aucun. Cette marée, noire qui a déjà touché 2 000 kilomètres de côtes, est une menace pour l’environnement (avec la présence d’un sanctuaire pour les baleines à bosse et des formations coralliennes uniques sur Terre dans la région d’Albrolhos), et pour l’Homme (présentant un risque sanitaire pour les habitants, mais aussi économique puisqu’ils dépendent de la pêche et du tourisme).

C’est à s’en glacer le sang

En Grèce, 41 migrants (d’origine afghane pour la plupart) ont été retrouvés dans un camion frigorifique lors d’un contrôle de routine. Le véhicule, intercepté par la police sur l’autoroute Egnatia, allait en direction de Thessalonique. Le conducteur du poids lourd, soupçonné d’être un passeur, a été arrêté, mais un autre individu a réussi à s’échapper, ce dernier est toujours recherché par les autorités grecques. Aucun décès n’est à déplorer du côté des migrants, 7 d’entre eux ont été hospitalisés pour problèmes respiratoires. La Grèce est la principale porte d’entrée pour les demandeurs d’asile en Europe.

Libérer la parole

L’entretien de l’actrice Adèle Haenel pour Médiapart a beaucoup fait parlé. Deux ans après #MeToo les langues continuent à se délier, ici la comédienne se livre sur les attouchements et le harcèlement sexuel qu’elle a subit par le réalisateur Christophe Ruggia, de ses 12 ans jusqu’à ses 15 ans. Adèle Haenel s’est confiée dans un témoignage publié le 03 novembre. L’article de 58 000 signes est une enquête signée Médiapart, menée sur 7 mois et au total 36 personnes sollicitées pour parler des violences systémiques dans le milieu du cinéma. Hier, en live sur Médiapart l’actrice césarisée a pris la parole en direct (et en accès libre pour les non-abonnés) pour une émission spéciale, accompagnée de la critique Iris Brey.  On apprenait hier que le réalisateur Christophe Ruggia va être radié de la Société des réalisateurs de films.

Il est où l’argent ?

Il y a un an, 8 personnes perdaient la vie dans l’effondrement des immeubles du 63 et 65 de la rue d’Aubagne à Marseille. Ce drame avait provoqué l’indignation et ainsi mis en lumière la réalité des logements insalubres. Le gouvernement s’était alors engagé à lutter contre l’habitat indigne de la cité phocéenne : une aide de 204 millions d’euros avait été annoncée par le ministre du Logement Julien Denormandie. Une année est passée et seulement 17 millions d’euros ont été perçus. La raison ? Selon une source proche du ministère de la Ville, l’intégralité de la somme promise sera reversée sur 10 ans, l’argent alloué jusque-là “a permis de prendre en charge des mesures d’urgence pour les familles du centre-ville, le lancement des études pour les opérations de rénovation de l’habitat dégradé du centre-ville ou encore des travaux d’urgence sur les copropriétés dégradées.

Récompensés pour leur plume

Comme chaque année, les prix littéraires du Goncourt et du Renaudot ont été remis au restaurant parisien Drouant. Le prix Goncourt 2019 a été décerné à Jean-Paul Dubois pour son roman Tous les Hommes n’habitent pas le monde de la même façon. Le Toulousain a commenté “Je serai à peu près le même demain, que quand je suis arrivé ce matin”.  Sylvain Tesson, auteur de La Panthère des neiges, s’est vu attribuer le Renaudot 2019. Son livre s’inspire d’un voyage au Tibet fait aux côtés de son ami le photographe animalier Vincent Manteau.

“Top départ !”

Édouard Philippe et 11 membres du gouvernement se sont rendus hier en Seine-Saint-Denis pour défendre les travaux du village des athlètes pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. Aux côtés de Tony Estanguet (président du comité d’organisation de ces JO) le Premier ministre a lancé le début des travaux à Saint-Ouen. Mais le projet du village olympique ne plaît pas à tout le monde. La plus grande crainte provient des personnes à reloger : une vingtaine d’entreprises, trois écoles, un hôtel, une résidence étudiante et un foyer de travailleurs étrangers vont être rasés d’ici 2020 dans le cadre de ce chantier d’envergure. Un relogement est prévu pour tous les habitants de la zone, mais nombreux sont ceux qui refusent de partir : “Cela fait quarante ans que nous sommes là et il n’y a plus de place pour nous, c’est insultant”, déplore Boubacar Diallo, représentant des résidents du foyer de travailleurs étrangers de Saint-Ouen.

35 ans !

Hier la chaîne de télévision Canal + soufflait ses 35 bougies, et pour fêter ça, on vous laisse regarder cette courte vidéo, Made In Groland.

Jade Bihan

(aka Jados Bihanos)

Crédits photo : Médiapart

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *