Porno peut-il rimer avec écolo ?

Notre planète se meurt et l’Homme y est pour quelque chose, mais ça vous le saviez probablement. Ce que vous ignoriez peut-être c’est que parmi les nombreuses organisations qui œuvrent pour y remédier à travers le globe on compte quelques sites pornographiques. Zoom sur ces plateformes de films X qui essaient de sauver la planète.

Sauver les océans

Le site de films pour adultes Pornhub a réalisé une vidéo, sortie fin août, sur l’une des plages les plus polluées du monde : Le porno le plus sale de l’Histoire. Le site canadien a collaboré avec l’ONG environnementale Ocean Polymers qui lutte contre les déchets plastiques qui détériorent nos plages et océans. Le casting est porté par les pornstars françaises de la chaîne Leolulu. Pendant leur performance au beau milieu des détritus, on peut observer une équipe de nettoyage en action, ramassant bouteilles plastiques, sacs en plastique, etc. Mais en quoi cette initiative est-elle écolo ? Pour chaque visionnage de la version non censurée sur Leolulu, un don sera réalisé auprès d’Ocean Polymers. En regardant cette vidéo, vous participerez au financement d’un navire ayant pour mission de récolter puis recycler les déchets plastiques qui envahissent les océans.

Sauver les abeilles

Cette campagne n’est pas la première du genre pour Pornhub. En avril, le site s’était investi avec l’agence de communication et publicité BETC pour la protection des abeilles en créant la chaîne Beesexual. Cette fois-ci, le projet consistait à mettre en scène les productrices de miel de façon humoristique : des vedettes du X les doublaient, créant ainsi des vidéos porno- comiques. Pendant le mois d’avril, toutes les vidéos étaient monétisées, de sorte que l’intégralité de l’argent perçu soit reversée sous forme de dons aux associations Operation Honey Bee et le Center For Honeybee Research.

via GIPHY

Sauver les arbres

De avril à mai 2014, l’enseigne Pornhub (eh oui, encore elle) s’était déjà engagée pour l’environnement avec l’opération “Pornhub gives America wood”. Dans la cadre de la fête internationale des arbres aux États-Unis, le géant du X promettait que pour 100 vidéos visualisées, 1 arbre serait planté. Les utilisateurs n’avaient qu’à  se rendre dans la section “Big Dick” s’il voulaient participer à la reforestation. À l’issue de la campagne, suite aux très nombreux visionnages, le site pornographique a annoncé qu’il planterait 15 473 arbres, mais sans donner le nom de l’organisation en charge de l’opération.

Le reboisement, c’est important

Le site d’éco-porn Fuck For Forest est aussi à citer dans la lutte pour la préservation de l’environnement. Cette association à but non lucratif a été fondée en 2004 dans le seul but de financer la défense de la nature (spécifiquement le reboisement et la reforestation). Les fonds proviennent des abonnements des internautes qui n’ont d’autres choix s’ils veulent visionner les films érotiques. Les fondateurs de l’association norvégienne, Leona Johansson et Tommy Hom Elligsen, ont décidé de reverser les dons perçus à d’autres associations de protection de l’environnement.

Le porno est-il vraiment écolo ?

Il faut savoir que les films pour adultes génèrent une pollution numérique importante. En janvier 2019, un rapport du “think tank” (“laboratoire d’idées” en français, ndlr) The Shift Project nous détaillait les conséquences de l’industrie pornographique. Cette dernière génère à elle seule 82 millions de tonnes de CO₂ par an, cela représente 27% de l’empreinte carbone émise par les vidéos en ligne. À lui seul, le site canadien compte 100 millions de visiteurs journaliers.

Malgré les initiatives des Pornhub et Fuck For Forest, si vous voulez vraiment sauver la planète, on vous conseille de regarder modérément les films X.

Crédits photo : Pornhub / Giphy

Jade Bihan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *