Open d’Australie 2021 : un tournoi au rythme de la pandémie

Du 8 au 21 février 2021, se déroulait le premier Grand Chelem de la saison, un moment attendu des fans de tennis puisqu’il permet de vite remarquer les joueurs et joueuses en forme. Revenons ensemble sur les moments forts de cette quinzaine australienne. 

 

Bonne nouvelle : retour des spectateurs. 

La première surprise du tournoi, était la présence de spectateurs, cela faisait bien longtemps que les fans de sport attendaient ce moment. En effet, 30 000 spectateurs par jour pouvaient se rendre sur le site afin d’assister au match. La présence de public, fut permise grâce à des règles sanitaires strictes, et les joueurs ont dû se soumettre à deux semaines de confinement stricte une fois arrivés dans le pays. Une règle qui a fait polémique puisque les joueurs ne pouvaient pas avoir la préparation nécessaire pour un grand chelem. 

Malgré tous ces efforts, à la fin de la première semaine, l’État de Victoria s’est vu de nouveau confiné pendant 5 jours. Pendant ce temps donc, aucun spectateur ne pouvait assister aux matchs du tournoi. Un coup dur pour l’organisation et les joueurs, après tous ces sacrifices et les règles mises en place. Heureusement, le public a pu de nouveau être présent pour assister à la fin du tournoi. 

 

Les moments forts du tournoi

Cet Open d’Australie nous a offert de grands moments, du fantasque Nick Kyrgios, en passant par la surprise du tournoi Karastev, cette édition 2021 nous a réservé de belles surprises

Malheureusement, cette année, nos français n’étaient pas au rendez-vous en Australie, Benoit Paire et Gaël Monfils ont tout deux perdus au premier tour, seul un joueur est parvenu à atteindre le troisième tour : Adrian Mannarino. L’unique maigre satisfaction dans le naufrage des bleus est la bonne prestation d’Ugo Humbert malgré une cruelle défaite au deuxième tour. 

On le sait tous, le public est chauvin, il ne peut pas s’empêcher de soutenir son chouchou. Dans le match qui opposait l’australien Nick Kyrgios au jeune français Ugo Humbert les spectateurs ont joué un rôle plus qu’important. En effet ici le chouchou était clairement Kyrgios, parfois plus showman que tennisman, l’australien aime attirer l’attention sur et en dehors du terrain. Doté d’un talent hors du commun, il est parvenu à s’imposer 5/7 6/4 3/6 7/6 6/4 après avoir sauvé 2 balles de matchs. Le public en folie n’a sûrement pas aidé Ugo Humbert, 22 ans et étoile montante du tennis français à terminer le match au moment opportun. 

 

Au tour suivant, Nick Kyrgios était opposé à la tête de série numéro 3 Dominic Thiem, un match difficile pour les deux. L’Australien ne partait pas favori, car Thiem est un habitué de ces rendez-vous importants, on ne pensait pas que Kyrgios puisse vraiment le déstabiliser. Et pourtant l’autrichien s’est vu mené 2 manches à rien, et a dû puiser dans ses réserves pour remonter et s’imposer finalement en 5 cinq sets, 4/6 4/6 6/3 6/4 6/4, encore une fois devant un public déchaîné. 

Aslan Karastev, joueur presque inconnu du circuit, issu des qualifications, a été l’immense surprise du tournoi. Tombeur de l’argentin Diego Schwartzman au troisème tour, de Felix Auger-Aliassime au quatrième, et enfin de Grigor Dimitrov en quart de finale, le russe s’est finalement hissé en demi-finale, où il sera battu par Novak Djokovic. Habitué des tournois challengers (deuxième division du tennis) le russe de 28 ans se souviendra longtemps de cet Open d’Australie 2021. 

Dans le tableau féminin, ce tournoi a été le symbole de la renaissance pour Serena Williams qui a atteint la demi-finale. En difficulté depuis quelques années en Grand Chelem, la star du circuit féminin est toujours en quête d’un 24ème titre du Grand Chelem. Elle a fait un tournoi quasi parfait, ne laissant que des miettes à ses adversaires, jusqu’en demi-finale où elle est tombée cette fois-ci sur un os, nommé Naomi Osaka. La japonaise a très vite su imposer son jeu, pour l’emporter 6/3 6/4. En conférence de presse, l’américaine n’a pas réussie à retenir ses larmes tellement ce tournoi comptait pour elle. 

 

Osaka comme une évidence

Sacrée sportive de l’année en 2020, Naomi Osaka a survolé le tournoi, ne laissant qu’un seul petit set au quatrième tour face à Garbiñe Muguruza. La japonaise n’a cessé de nous impressionner dans cet Open d’Australie. S’imposant facilement à chaque tour, sereine et consciente de ses forces, Osaka a tout ravagé sur son passage, même face à Serena Williams, où elle s’est imposée 6/3 6/4 en demi-finale. La majorité s’attendait pourtant à une rencontre plus disputée mais Osaka fut irréprochable de bout en bout profitant des nombreuses fautes directes de son adversaire. 

En finale même scénario face à une autre américaine Jennifer Brady, tombeuse de Karolina Muchová en demi-finale 6/4 3/6 6/4. 

Naomi Osaka a étouffé d’entrée son adversaire en l’empêchant de mettre son jeu en place, et en étant agressive dès les premiers échanges du match. Impériale sur son service, elle n’a concédé qu’un seul petit break dans le match. Parfaite au retour, elle a breaké quatre fois son adversaire. Elle s’est finalement imposée 6/4 6/3 en 1h17 de jeu.

Avec cette victoire, Naomi Osaka remporte à 23 ans son quatrième titre du Grand Chelem

 

Djokovic en vieux briscard

 Au cœur de plusieurs polémiques pendant ce tournoi, Novak Djokovic a une nouvelle fois démontré que c’était bel et bien lui le patron en Australie

D’abord critiqué pour ses propos tenus sur le confinement obligatoire des joueurs, puis pour une soi-disante blessure aux abdominaux, difficile pour le numéro 1 mondial de rester concentré sur son tournoi. Mais Djoko reste Djoko, et il ne lâche rien quand il a un objectif en tête, revenons sur son parcours dans ce tournoi. 

Au premier tour, le serbe s’est facilement imposé face au français Jéremy Chardy 6/3 6/1 6/2, il s’est ensuite défait en quatre sets de Frances Tiafoe 6/3 6/7 7/6 6/3. C’est au quatrième tour, face à Taylor Fritz que le serbe a rencontré des difficultés physiques. Assez facile pendant les deux premiers sets, le numéro 1 mondial s’est vu diminué au début du troisième set, une déchirure aux abdominaux en serait la cause. Mais il est assez difficile de croire Novak Djokovic, puisque régulièrement lorsque le match ne tourne pas en sa faveur il fait appel au médecin. Après avoir perdu les deux sets suivants, le Djoker s’est finalement imposé comme par miracle 6/2 dans la 5ème manche. 

Suite à ce match le serbe s’est vu critiqué par toute la planète tennis, mais cela ne le dérange pas il aime que l’on parle de lui, cela fait partie du personnage, il dérange, il énerve mais ce que l’on retient surtout c’est qu’il excelle. Après cette mésaventure, Djokovic est revenu endurci, et n’a laissé que deux petits sets sur sa route, un contre Raonic et un face à Zverev. 

Opposé au russe Daniil Medvedev en finale, Djoko avait dit en conférence de presse que « la nouvelle génération du tennis avait encore beaucoup à apprendre ». Une pique lancée à son adversaire, qui restait sur 20 victoires consécutives dont 12 sur le top 10. Mais dans cette finale, Medvedev n’a pas existé, le russe était perdu sur le court, sans solution et c’est sans aucun problème que Novak Djokovic s’est imposé en 3 sets 7/5 6/2 6/2, et obtient son 18ème titre du Grand Chelem, le 9ème en Australie, il est plus que jamais roi de Melbourne. Novak Djokovic n’est désormais plus qu’à deux petits titres de Nadal et Federer dans les tournois majeurs, un record qui l’obsède. 

 

 

Revivez en vidéo le dernier jeu d’une finale à sens unique.

 

Cet Open d’Australie, a parfaitement lancé la saison 2020-2021 de tennis, saison qui sera peut-être celle de la Next Gen. Qui sait ? En attendant les cadors Nadal et Djokovic ne se laisseront pas détrôner aussi facilement. 

 

 

Raphaël Douenne

 

Crédits : Getty Images  –  Getty Images  –  William West  –  AFP  –  AFP  –  AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *