Joker, portrait de la folie

Un succès international

Le vainqueur de la cérémonie du Lion d’Or qui se déroulait il y a quelques semaines à la Mostra de Venise a finalement fait sa première entrée en salle vendredi dernier, sortie officielle aux États-Unis, et en avant première en France pour quelques centaines de chanceux ayant obtenu des places. Pour tous les autres, pas de panique : Joker est aujourd’hui à l’affiche dans toutes les salles françaises.

Le nouveau drame tant attendu de Todd Phillips est un succès, avec 93,5 millions de dollars de recettes outre-atlantique, ce dernier réalise le meilleur démarrage de l’histoire pour un mois d’octobre. Porté par une performance magistrale de Joaquin Phoenix (Her, The Master, Gladiator), le spectateur est mit à l’épreuve durant pas moins de 2 heures : la noirceur de ce film ne peut laisser indifférent.

Un film coup de coeur mais un film coup de poing

Cet anti-blockbuster ne met néanmoins pas tout le monde d’accord. Avant même sa sortie, celui ci fit l’objet de diverses polémiques : Joker n’est pas un film de héros mais bien un film sur la construction de pulsions meurtrières.

Le débat sur la violence au cinéma fut relancé, notamment par les proches des victimes de la fusillade Aurora qui eut lieu en 2012 lors de la projection de The Dark Knight. L’assaillant, grimé en notre fameux personnage éponyme, fit 12 morts et plus de 60 blessés.

Joaquin Phoenix refusa de répondre au sujet de la violence que pourrait potentiellement engendrer son personnage dans de nombreuses interviews qui ne lui convenaient pas, allant même jusqu’à quitter celle du Telegraph. L’acteur a cependant accepté, à l’occasion d’autres entrevues, de s’exprimer : « Je pense que la plupart d’entre nous sont capables de différencier le bien du mal. Et ceux qui n’en sont pas capables vont interpréter ce qu’ils veulent, comme ils veulent. »

Le long métrage de Todd Phillips souleva donc une vague d’inquiétude aux États-Unis. Finalement sorti en salle, ce dernier est classé R-Restricted (interdiction aux moins de 17 ans non accompagnés d’un adulte) au pays des armes, contre une interdiction aux moins de 12 ans en France. Et dans le contexte politique actuel, cette différence est de mise.

Kill The Rich

« Is it just me or is it getting crazier out there ? »

Plongé au coeur du Gotham City des années 80, nous suivons la vie d’Arthur Fleck, comédien de stand up raté, souffrant de handicap psychique et vivant dans la précarité au côté de sa mère, incarné à l’écran par l’excellente Frances Conroy (notamment connue pour ses rôles dans American Horror Story). Bien que dans un univers fictif, le réalisateur nous offre un message très politisé faisant grand écho aux problèmes sociaux contemporains où Gotham ne devient que le miroir des mégalopoles actuelles : fracturées au plus profond, avec une ré-émergence violente des luttes de classe. Des slogans très lourds de sens sont lancés dans de nombreuses scènes du film, mêlant manifestation, conflit, émeute. Kill The Rich est à mon sens, le plus saisissant.

Joaquin Phoenix, en route pour l’Oscar ?

Après pas moins de 5 nominations au Golden Globe (dont un remporté pour Walk The Line), 3 au BAFTA et désormais 4 à l’Oscar, tous pour le titre de meilleur acteur, notre bien aimé Joaquin remportera-t-il enfin cette récompense tant convoitée ? C’est du moins ce qu’on lui souhaite. Être le Joker, c’est la performance de sa vie : 24 kilos de perdus, pour le physique, une rencontre de près avec la folie, pour le mental, et une inspiration notable de Ray Bolger, l’épouvantail du magicien d’Oz, pour la gestuelle.

L’acteur définit sa prestation comme une rencontre avec son personnage, qu’il ne décrit pas comme étant un méchant dans un film de super héros, mais comme étant un individu parmi nous.

« Ça n’était ni plaisant ni facile de rentrer dans ses pensées… mais je suis fier de l’avoir connu »

Il faudra attendre le 9 février 2020 pour obtenir la réponse. La 92ème cérémonie des Oscars se déroulera au Dolby Theatre à Hollywood (Los Angeles, Californie) où Joker fait déjà figure de favori et est également nominé pour la récompense du meilleur film.

En attendant, filez au cinéma le plus proche.

Jade Seneca

Crédits photo : Photographie cinématographique par Lawrence Sher

2 commentaires sur “Joker, portrait de la folie”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *