GOT: l’ultime saison

Dans la nuit de dimanche à lundi, certains des plus courageux -ou impatients- auront tenus jusqu’à 3 heures du matin pour voir le premier épisode de l’ultime saison de la série évènement : Game of Thrones… Devenue un véritable phénomène de société, la série n’arrête pas de faire parler d’elle. Et cette fois ci, winter is really coming et dans le grand Nord, l’ultime bataille se prépare.

La série, inspirée de la saga « Le trône de Fer »  écrite par George R. R. Martin, est diffusée sur HBO depuis 2011. Elle est rapidement devenue LA série à ne pas manquer. Les producteurs avaient fait le pari d’une série grand public. Et c’est le moins que l’on puisse dire aujourd’hui : la dernière et huitième saison devrait être suivie par pas moins de 1 milliard de téléspectateurs par épisode (visionnage légal et illégal). Et pour cette dernière saison, les producteurs ont dépensé 15 millions de dollars dans chaque épisode. Un chiffre qui peut paraître aberrant, mais qui est rapidement compensé par le profit que réalise Game of thrones, qui s‘élève à 1 milliard de dollars par an. Si les producteurs ont tant misé sur la série, c’est aussi parce qu’elle se déroule au quatre coins du monde : Croatie, Angleterre, Irlande, Maroc et j’en passe. Mais à la clé : des paysages à couper le souffle et des décors très travaillés qui nous en mettent plein les yeux. En plus d’être un produit marketing, la série est devenue un véritable phénomène de société, qui a tout pour plaire. À la croisée entre les sagas du « seigneur des anneaux » et des « rois maudits » pour leurs côtés fantastiques et historique, la série est un mélange magique qui plaît à beaucoup !

On retrouve dans Game of thrones le combo de ce qui plaît : du sexe, de la guerre, des dragons. Mais aussi des princesses, du courage et de la bravoure chevaleresque. Bien sûr que cela plaît, c’est réaliste sans trop l’être non plus, et il est facile de se retrouver dans un personnage, à qui on s‘attache, un peu trop parfois.

Parce que oui, les producteurs l’ont bien compris. Le succès de la série vient aussi de la mort de milliers de personnages. C’est d’ailleurs pour ça qu’elle est bien connue. Les producteurs arrivent à tenir en haleine les téléspectateurs qui se demandent qui va encore mourir, pourquoi ? Il est assez rare de comprendre le pourquoi, ça tombe comme ça, sans prévenir. Par ce biais, les producteurs réussissent à fidéliser leurs téléspectateurs. On dénombre pas moins de 174 373 morts depuis le début de la série en 2011. Même si la plupart sont des soldats ou des villageois, plus d’une centaines étaient des personnages importants voir principaux dans le scénario. Il veut donc mieux ne pas trop ne pas trop s’attacher, au risque de verser une larme… . Assez étonnement, les producteurs jouent aussi avec les rôles des anti-hérospersonnage central qui ne présente pas les caractéristiques du héros conventionne- comme on a peu l’habitude . Parmi eux : Cersei, ou son frère Jaimie Lannister qui, certes, au début de la série répugnent et provoquent de la haine, mais finissent bien par nous toucher….

Les producteurs ont récemment annoncé le tournage d’une nouvelle série, qui se déroulerait 1000 ans avant game of thrones, pendant la Grande Nuit, qui vit les Marcheurs blancs passer le Mur une première fois. Beaucoup se demandent si cette idée est vraiment nécessaire et si cela sera un véritable succès ou au contraire, un flop total.

En attendant, tous nos chouchous sont de retour à Winterfell, et cela promet encore beaucoup d’émotions à la clé !

Sara Matton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *