Droits TV de la Ligue 1 : La fin du feuilleton diffusé par Canal +

Après moultes négociations, la Ligue de Football Professionnel (LFP) a enfin trouvé un diffuseur pour la Ligue 1, dont les droits, impayés par Médiapro, restaient vacants. Si Canal+ retransmettra à la télévision les quatorze journées restantes des championnats de première et seconde division française, la solution n’est que temporaire. En effet, les droits ont été revus à la baisse par la LFP (35 millions d’euros), qui a signé un contrat court avec la chaîne cryptée.

 

Le fiasco Médiapro

Pleine de promesse, une nouvelle chaîne est apparue en septembre dernier dans le paysage télévisuel français : Téléfoot. Créée par Médiapro, groupe audiovisuel espagnol diffuseur historique de la Liga BBVA, La chaîne du foot avait acquis les droits de 80% de la Ligue 1 jusqu’en 2024. Malheureusement, ses ambitions ont volé en éclats. Avec seulement 480 000  abonnements souscrits sur 600 000 espérés, la chaîne n’a pas obtenu les revenus suffisant pour régler les droits TV à la LFP et aux clubs. A coup d’échéances impayées, Jaume Roures a abandonné son projet en France en résiliant son contrat avec la LFP, se retrouvant dépourvue. Téléfoot s’éteindra dimanche, en terminant sa courte histoire avec la Ligue 1 sur un Classico.

 

Ohé, ohé, la Ligue 1 abandonnée

Si Téléfoot devait diffuser les matchs en France jusqu’à fin janvier, la date est vite arrivée et la LFP a manqué de se retrouver sans solutions. Alors que Canal+ déclarait vouloir rendre sa sous-licence de BeinSport qui lui offrait deux matchs par journée, certaines chaînes de la TNT ont proposé leurs services afin de diffuser les rencontres en clairs jusqu’à nouvel ordre. Une idée appréciée des supporters qui doivent souscrire à une multitude d’abonnements pour pouvoir visionner toutes les  compétitions. Il n’en fut finalement rien, souvenirs d’enfance oubliés. Canal+, historique partenaire de la LFP, après avoir demandé un nouvel appel d’offre qu’il refusa dans un premier temps, récupère finalement l’intégralité des droits TV des Ligues 1 et 2 jusqu-à la fin de la saison, une première depuis 2004.

 

Aperçu des plus beaux buts de la Ligue 1 en janvier.

 

Canal+ sauve les matchs (et les clubs)

Depuis novembre, Maxime Saada, PDG du groupe Canal, avait entamé un bras de fer avec la Ligue Professionnelle. Il refusait fermement de récupérer en urgence les rênes délaissés par Médiapro, menaçant même de rendre sa part sans la payer. L’épilogue heureux est survenu ce jeudi, quand nous avons appris que les deux parties étaient tombées d’accord. Un soulagement bienvenu dans une affaire qui prenait des allures de catastrophe. Soulagement pour les clubs qui vont finalement toucher 700 millions d’euros, soit une baisse de 40% inévitable sur le contrat de début de saison mais préférable aux impayés. Soulagement pour les supporters, privés de stade, qui ne vont voir aucune rencontre faire les frais de la guerre des diffusion, en appréciant des retransmissions réunies sur la même chaîne et donc le même abonnement. Et soulagement pour la LFP, à laquelle cette entente accorde un sursis en lui octroyant le temps de trouver une solution durable. Pour la prochaine saison, plusieurs possibilités s’offrent à la Ligue. Continuer avec la chaîne en négociant un accord longue durée, ou alors songer au streaming quant on sait qu’Amazon et Discovery ont répondu à l’appel d’offre lancé cette semaine.

 

Si, sur le court terme, la LFP a trouvé preneur pour la Ligue 1 et la Ligue 2, les prix sur lesquels elle s’est accordée avec Canal + pourraient poser problème dans de futures négociations. Dans un contexte de crise sanitaire aggravant, les droits TV diminués poseraient une base bien en deçà des espérances et besoins des clubs. L’affaire est conclue jusqu’en juin, mais l’été risque d’être agité dans la recherche d’un nouveau contrat de diffusion.

 

 

Margaux Bongrand

 

Crédits photo :  JEFF PACHOUD / AFP  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *