Le casse-tête COVID des XV de France

Comme l’ensemble du monde du sport, le rugby est fortement impacté par la pandémie de coronavirus. Entre reports, annulations et calendriers internationaux chargés, les XV de France féminin et masculin n’ont pas été épargnés d’un point de vue sportif. Adaptation devient le maître mot en cette période si particulière.  

 

Les test-matchs de l’automne rendus impossibles par la pandémie de COVID-19, notamment à cause des restrictions de déplacement, l’organisation Six Nations Rugby avait présenté au début du mois de septembre un tournoi inédit : L’Autumn Nations Cup, qui concerne huit sélections masculines (la Géorgie et les Fidji ajoutées aux pays du Tournoi des Six Nations). Au programme, trois matchs de poules et un match de classement pour chaque équipe entre le 13 novembre et le 6 décembre. Un automne chargé pour le XV de France masculin, qui avait également un match amical et la dernière rencontre du Tournoi des Six Nations au programme à la fin du mois d’octobre. Problème, six matchs, c’était trop pour les clubs. Les hautes instances du rugby français, la LNR et la FFR, ont donc dû trouver un accord spécifique à cette période particulière concernant la mise à disposition des internationaux : entre autres conditions, chaque joueur ne peut figurer que sur trois feuilles de match au cours de la période automnale. 

 

Le match face aux Fidji annulé  

Après la victoire face au Pays de Galles en amical, et contre l’Irlande pour la dernière rencontre du Tournoi des Six Nations, le groupe de Fabien Galthié devait affronter les Fidji dimanche dernier à Vannes. Un groupe très fortement remanié avait déjà été annoncé jeudi (12 novembre) pour le match suivant en Écosse, avec des joueurs n’ayant pas encore les trois feuilles de match au compteur. Mais ça se complique dans la journée de vendredi, quand tombe l’annulation du match du weekend, en raison de cas positifs à la Covid détectés au sein de la sélection fidjienne. On annule tout et on recommence ! Un nouveau groupe de trente et un joueurs est annoncé pour se rendre à Murrayfield, quasiment le même que pour la réception des Fidji, à quelques exceptions près. Conséquence de cette annulation : les Bleus pourraient remporter le match sur tapis vert. Ils se retrouveront dès aujourd’hui à Marcoussis pour la préparation du second match de l’Autumn Nations Cup à leur agenda, en Écosse. 

Compliqué, évidemment, de se préparer dans une période aussi mouvementée, où les plans établis sur le long terme peuvent être chamboulés à tout moment. Mais l’important est ailleurs : même avec le confinement, les Bleus ont la possibilité de jouer et font vivre la compétition par procuration aux amateurs qui en sont privés par la pandémie. Jouer pour tous ceux qui ne le peuvent plus, comme une évidence pour cette équipe de France, comme l’avait souligné Fabien Galthié en marge de la « finale » du Tournoi des Six Nations contre l’Irlande, pour France TV sport : « Les clubs ne peuvent plus jouer, […] ils peuvent nous regarder. Même si nous jouons à huit-clos, nous savons qu’ils portent sur nous un regard bienveillant. Nous en contrepartie on doit livrer de l’émotion ». À la fin du mois d’octobre, les Équipes de France avaient d’ailleurs rendu hommage aux 1941 clubs amateurs de rugby français, qui sont aujourd’hui contraints à l’arrêt, en répartissant leurs noms sur les numéros des maillots portés par les joueuses et les joueurs. Contre l’Irlande, le club formateur de chacun des rugbymen était inscrit en bas du maillot.

 

 

Le Tournoi des Six Nations féminin écourté  

Du côté des féminines, le Tournoi des Six Nations n’est pas allé à son terme : alors qu’il leur restait un match à jouer dans le cadre du Tournoi des Six Nations, face à l’Irlande, les joueuses du XV de France ont vu la rencontre annulée, comme les deux autres restantes dans le tournoi entre l’Italie et l’Écosse, et le Pays de Galles et l’Écosse. Initialement prévu le 1er novembre à Villeneuve-d’Ascq (en reprogrammation de la cinquième journée), le match contre l’Irlande avait été délocalisé à Dublin, en raison du protocole de quatorzaine imposée aux irlandaises. L’Équipe de France avait en effet accepté de se déplacer pour éviter un isolement à leurs adversaires au retour de France, difficile à concevoir pour des joueuses amateures. Le 29 octobre, la FFR annonçait le report du match suite à plusieurs tests positifs à la Covid côté tricolore. Finalement, on arrête tout : les trois derniers matchs du tournoi sont annulés, les « récentes restrictions des gouvernements et autorités sanitaires contraignant la préparation des équipes, les déplacements et l’organisation des rencontres pour la fin du Tournoi des Six Nations Féminin 2020 », pouvait-on lire dans le communiqué de la Fédération Française de Rugby. Les joueuses du XV de France ont donc terminé leur tournoi par un match nul frustrant contre l’Écosse. Le classement final laisse apparaître des équipes aux nombres de matchs joués inégaux : cinq pour l’Angleterre, quatre pour la France, l’Irlande, l’Italie et le Pays de Galles, et trois seulement pour l’Écosse. Les anglaises étaient cependant intouchables avec cinq victoires sur autant de rencontres disputées : Grand Chelem pour le XV de la Rose. Les françaises ont donc pris la deuxième place du Tournoi des Six Nations devant l’Irlande.  

La tournée d’automne des tricolores d’Annick Hayraud ne s’arrête pas pour autant, puisque les joueuses du XV avaient également programmé une double confrontation face aux anglaises, dont la première a eu lieu ce weekend. C’était donc Crunch « première manche » à Grenoble samedi, au stade des Alpes, face à celles qui ont dominé le Tournoi des Six Nations. Si elles sont parvenues à accrocher le XV de la Rose en première période, avec 10 partout à la mi-temps, les Bleues se sont finalement inclinées 10-33. Elles auront l’occasion de se rattraper dès la semaine prochaine à Twickenham. 

Si tout se passe bien dans les prochains jours, nous auront donc le droit à un beau weekend de rugby, avec le déplacement des deux XV de France : en Angleterre pour les féminines samedi, et en Écosse pour l’équipe masculine dimanche. De quoi redonner le sourire, à l’heure où le sport demeure individuel et limité pour un grand nombre d’habitués.  

 

Mathilde Soulon 

 

Crédit photo : AFP/Anne-Christine Poujoulat 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *